Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air Berlin dépose le bilan

Air Berlin a annoncé, mardi 15 août, le lancement d'une procédure d'insolvabilité. Grâce à Lufthansa et au gouvernement allemand, son activité se poursuit, le temps de trouver un repreneur.

Depuis 2008, les comptes d'Air Berlin ont fini l'année dans le vert une seule fois. La compagnie, endettée à hauteur de plus d'un milliard d'euros, avait même essuyé une perte nette historique en 2016 (782 millions d'euros).

Depuis des mois, elle multiplie les retards et les annulations de vols en raison notamment de problèmes avec un sous-traitant pour acheminer les bagages. Une situation devenue intenable qui a conduit Air Berlin a annoncé, mardi 15 août, le lancement d'une procédure d'insolvabilité.

Pas d'arrêt de l'activité pour le moment

Comme il l’avait déjà fait avec Alitalia en début d’année, son grand actionnaire Etihad Airways a expliqué ne plus vouloir le "soutenir financièrement". Cependant, à l’inverse de la compagnie italienne, le gouvernement allemand, Lufthansa et d'autres partenaires soutiennent Air Berlin dans ses efforts de restructuration et ses avions continueront à voler.

Brigitte Zypries, la ministre allemande de l'Economie, a annoncé l'octroi d'un prêt-relais de 150 millions d'euros afin d'éviter que les avions d'Air Berlin restent au sol, alors que plusieurs Etats régionaux allemands sont encore en période de vacances scolaires.

Le sort de la compagnie, portée à bout de bras depuis des années par Etihad à coups d'injections d'argent frais, était donc en suspens depuis longtemps. Lufthansa a indiqué être en négociations avec Air Berlin concernant "le rachat d'activités" de l'entreprise en difficulté, "ce qui permettrait d'embaucher du personnel".

Les low cost salivent déjà

Actuellement, 8 500 personnes travaillent pour Air Berlin, dont 7 200 en Allemagne. Un plan social de cette ampleur, peut avoir des conséquences considérables à moins six semaines des élections.

En 2013, Air Berlin était parvenu à se hisser au troisième rang des compagnies low cost européennes, avec un trafic qui a culminé à 31,5 millions de passagers (avant de redescendre à 29 millions en 2016). En Allemagne, Air Berlin posséde 27% du marché intérieur. Désormais, la voie est libre pour Ryanair et EasyJet pour essayer ce marché. Un marché sur lequel ils ne s’étaient jamais vraiment développés.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique