Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air China va à nouveau desservir la Corée du Nord

Selon un responsable de la compagnie, après cinq mois d’interruption, Air China va reprendre ses vols entre Pékin et Pyongyang le 6 juin.

Alors que les relations entre les deux pays s’améliorent nettement, le site Internet de la compagnie aérienne étatique montrait mardi que trois vols par semaine étaient désormais accessibles au départ de Pékin et à destination de Pyongyang, le lundi, le mercredi, et le vendredi, avec le billet aller en classe économique coûtant 1 770 yuans (236 euros).

« Nous reprenons nos vols pour Pyongyang », a confirmé à l’AFP une employée de la compagnie, interrogée par téléphone, sans livrer d’autres détails.

Quand l’Amérique s’en mêle…

Rappelons qu’Air China avait annoncé en novembre avoir indéfiniment suspendu ses vols réguliers entre Pékin et Pyongyang, en raison d’une rentabilité jugée insuffisante. Curieusement, cette décision survenait peu après une visite en Chine de Donald Trump, qui avait appelé le gouvernement chinois, principal soutien économique de Pyongyang, à durcir ses mesures pour faire pression sur son turbulent voisin et enrayer le programme nucléaire nord-coréen.

Depuis, seuls les trois vols hebdomadaires de la compagnie étatique nord-coréenne Air Koryo assuraient encore une liaison régulière entre les deux capitales. Cette reprise des liaisons aériennes entre la Chine et son voisin intervient peu avant un sommet historique prévu le 12 juin à Singapour entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump.

Accord entre la Corée du Nord et les Etats-Unis

Les relations entre Pékin et Pyongyang aussi se sont nettement réchauffées ces dernières semaines… Le président chinois Xi Jinping recevant à deux reprises Kim Jong Un, pour la première fois depuis l’arrivée du leader nord-coréen au pouvoir fin 2011.

De l’avis des experts, la Chine entend ne pas être marginalisée par la spectaculaire détente en cours entre le régime de Kim et les Etats-Unis, et s’inquiète qu’un accord Pyongyang-Washington puisse se faire à ses dépens.