Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Accès aux vacances : les inégalités se creusent entre les Français

Selon le 10 e baromètre Opodo réalisé par le cabinet d’études Raffour Interactif, les Français aux revenus les plus modestes sont moins partis en vacances l’an dernier.

La crise et le Printemps arabe ont fait des dégâts collatéraux : le nombre de touristes français a reculé de 2,2 millions entre 2010 et 2011, pour s’établir à 29,6 millions. Autrement dit, le taux de départ* a atteint 56 % – contre 61 % en 2010 -, retrouvant ainsi le niveau plancher de 2009.

Cette tendance globale masque des disparités entre les strates sociales de la population. « Les familles les moins fortunées tirent la langue », précise Raffour Intercatif : le taux de départ de la catégorie rassemblant les employés, les ouvriers et les professions intermédiaires – soit 4 voyageurs sur 10 – s’est érodé de 9 points l’an dernier (à 53 %). A contrario, les Français dont le foyer perçoit plus de 3000 E de revenu mensuel – net avant impôt – ont pu s’évader à 86 % en 2011 (+6 points). Ce sont les seuls à davantage plier bagage… « L’écart se creuse entre les Français situés dans la tranche de revenus supérieure et ceux dont les revenus sont modestes », confirme Jérôme Laurent, directeur marketing d’Opodo France.

LES LONGS SÉJOURS MARCHANDS SE STABILISENT

« Avec le Printemps arabe, les destinations très abordables ont été moins plébiscitées », ajoute Jérôme Laurent. Les personnes pouvant s’offrir un séjour en hôtel-club, en Tunisie par exemple, ont eu du mal à trouver des destinations de repli, en respectant leur budget.

Pour l’industrie, le baromètre Opodo/Raffour Interactif délivre au moins une bonne nouvelle : le pourcentage de départ en long séjour marchand s’est maintenu à 34 % en 2011. En revanche, celui en long séjour non marchand a fondu (-7 points, à 26 %). Logique, puisque les vacances chez des amis ou dans la famille concernent au premier chef « des gens fragilisés économiquement », a précisé Guy Raffour.

2012 : LES FRANÇAIS PRÊTS À PUISER DANS LEUR ÉPARGNE

2012 semble confirmer cette tendance de fracture sociale. C’est la première fois depuis 2003 que Protourisme observe un sursaut dans les intentions de vacances sur l’année, à 67 % cette année, contre 66 % en 2011. Mais la hausse des départs devrait concerner essentiellement les catégories socioprofessionnelles les plus favorisées (lire l’encadré). D’ailleurs, la crise est palpable : 26 % des personnes sondées par Protourisme disent puiser dans leurs économies pour pouvoir plier bagage, un phénomène en nette hausse (18 % l’an dernier), et qui touche jusqu’aux catégories aisées. Une autre étude réalisée par Benchmark en février sur les vacances d’été, va dans ce sens : 30 % des Français sont prêts à puiser dans leur épargne pour accroître leurs dépenses et 28 % sont prêts à réduire leurs dépenses de vie courante pour les financer.

* Total des courts séjours marchands et/ou des longs séjours. Étude Opodo réalisée par Raffour Interactif en janvier-février, auprès de 1 002 personnes âgées de 15 ans et plus.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique