Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Futuroscope : « Nous envisageons un deuxième parc à thèmes »

Entré au parc comme stagiaire il y a 18 ans, Rodolphe Bouin a été nommé président du directoire du Futuroscope le 1er avril, succédant ainsi à Dominique Hummel. L’Echo touristique l’a interrogé sur l’avenir plein d’ambitions du parc poitevin.

L’Echo touristique : Le Futuroscope vient de rouvrir ses portes. La saison s’annonce bien ?

Rodolphe Bouin : Pour l’instant, nous sommes ravis. Nous avons inauguré une nouvelle attraction, Sebastien Loeb Racing Experience, dont les premiers retours de nos visiteurs sont très bons. C’est une attraction qui correspond bien à l’ADN du Futuroscope : elle met la technologie au service de l’immersion, d’une histoire. Les visiteurs prennent place dans une salle de 108 places, tous équipés d’un casque de réalité virtuelle et installés dans des sièges dynamiques électriques dernier cri. Ils deviennent alors les co-pilotes de Sebastien Loeb, en plein rallye dans les rues alsaciennes !

Le Futuroscope a attiré près de 2 millions de visiteurs en 2017, pour un chiffre d’affaires record de 108 millions d’euros. Quel est son potentiel de croissance ?

Le parc a retrouvé une assise financière qui nous permet de réfléchir sereinement au futur du site. A moyen terme, le Futuroscope va continuer de s’étoffer et de se diversifier. Début 2020, nous inaugurerons une nouvelle montagne-russe, la première du parc. Elle offrira des sensations fortes à la sauce Futuroscope, c’est-à-dire avec une véritable immersion qui fait appel aux technologies les plus récentes. C’est une attraction qui nous permettra certainement de conquérir de nouveaux clients, et d’en faire revenir d’autres. Et nous entendrons parler du Futuroscope d’une façon inédite jusqu’à maintenant.

Et dans l’avenir, comment le Futuroscope compte assurer son attractivité ?

Il est évident que le parc atteindra bientôt un palier en termes de fréquentation. Mais nous avons des ambitions grandissantes, et beaucoup d’idées pour y répondre. La ligne directrice est d’allonger la durée du séjour moyen au Futuroscope, ce qui nous permettrait par exemple de conquérir plus de clients issus des marchés voisins de la France. Cela peut passer par la construction de nouveaux hébergements, mais aussi par une proposition renforcée et différenciante par rapport à ce que le Futuroscope offre actuellement. Concrètement, nous pourrions ouvrir un deuxième parc à thèmes dans la Vienne, sur le site actuel, à l’horizon 2025. Le Futuroscope n’a donc pas fini de faire parler de lui !