Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

3 questions à Gérard Brémond, PDG de Pierre et Vacances

Nous avons rencontré le fondateur du groupe Pierre et Vacances/Center Parcs quelques heures après l’annonce de son remplacement par son fils.

L’Echo touristique : Votre fils, Olivier Brémond, prendra les commandes opérationnelles du groupe à partir du 3 septembre 2018. Selon vous, c’était le bon moment ?

Gérard Brémond : De mon côté, tous les voyants étaient au vert. Mon fils a prouvé qu’il savait mener un projet entrepreneurial, avec le succès de ses entreprises, Marathon Productions et Marathon International, qui évoluent dans un univers totalement différent du nôtre. Il a produit et distribué des séries françaises qui ont conquis les marchés étrangers, et notamment les Américains. Puis, il a développé des concept-stores en Islande et à New-York. J’ai toujours pensé que nous devions nous accomplir en fonction de notre personnalité, de qui nous sommes. Pendant longtemps, Olivier n’était pas intéressé par ma succession à la tête de l’entreprise. Et puis l’idée a germé dans son esprit. Parfois, dans la vie, tout s’enchaîne naturellement : c’est la conjoncture des planètes ! Et puis, il y a aussi une réalité chiffrée : le groupe vient de fêter ses 50 ans… ce qui en fait encore plus pour moi (rires) !

Quelles sont ses qualités ?

Sa plus grande qualité, c’est qu’il est mon fils (rires) ! Pour être plus sérieux, c’est un entrepreneur aguerri, qui a fait ses preuves et qui a réussi dans un métier très difficile, celui de l’audiovisuel. C’est un patron direct, pragmatique et concret. Et, du haut de ses 55 ans, il est jeune pour prendre les commandes d’un empire comme le nôtre. Il va beaucoup apporter à Pierre et Vacances Center Parcs. Et puis il en est l’un des administrateurs depuis 22 ans. Il ne débarque pas de NULLe part, il connaît l’entreprise comme personne. Et puis, il le fait par envie, et pas par devoir. C’est le plus important.

Comment allez-vous travailler d’ici à septembre 2018 ?

Pour l’instant, je ne compte pas prendre de recul (rires). La transition va s’effectuer en plusieurs étapes. Je déléguerai progressivement. Pour le moment, Olivier réside toujours aux Etats-Unis. D’ici à son déménagement en Europe, prévu en juin 2018, il va multiplier les aller-retour entre les deux continents pour rencontrer toutes les équipes, visiter et travailler directement sur les sites… On travaillera en duo, sous la houlette du comité exécutif de l’entreprise, qui gardera toute sa marge de manœuvre. Il lui reste un peu moins d’un an pour s’approprier Pierre et Vacances/Center Parcs.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique