Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vers un léger mieux en 2008 ?

Les professionnels du tourisme anticipent une légère amélioration sur le marché de l’emploi en 2008. La deuxième édition des Rendez-Vous Emplois de l’APS, durant le salon Le Monde à Paris, sera l’occasion de concrétiser de nombreuses embauches.

La deuxième édition des Rendez-vous Emplois des entreprises du voyage (Reev) s’annonce fructueuse. Ce minisalon, organisé par l’Association professionnelle de solidarité (APS), se déroulera le 17 mars à Paris-Expo, au sein du MAP. Une trentaine d’exposants proposeront leurs offres d’emploi aux visiteurs issus de tous horizons (étudiants, agents de voyages expérimentés, demandeurs d’emploi, candidats issus d’autres secteurs…). L’an dernier, plus de 500 offres d’emploi avaient été proposées lors de ces Rendez-vous, qui avaient accueilli 1 400 visiteurs. 2007 n’a pas été une mauvaise année pour l’emploi. En 2008, on peut sans doute compter sur de nombreux départs en retraite pour créer un appel d’air, commente Emmanuel Toromanof, secrétaire général de l’APS.

De l’embauche sur Internet

Le marché du travail dans le tourisme pourrait donc connaître une éclaircie (même si la prudence reste de mise), selon nombre de professionnels. Ce sont encore une fois les agences en ligne qui recrutent le plus, en raison de leur forte croissance. Promovacances (550 salariés) anticipe 200 embauches par an, dont au moins 120 liés à des fonctions spécifiques au tourisme. Nous recherchons notamment des commerciaux spécialistes du marché des groupes en CDI, ainsi que des agents de réservation chargés de gérer les convocations aéroport, la facturation, en CDD à partir de mai, précise Sabine Camuset, responsable recrutement. L’agence en ligne possède également neuf points de ventes physiques, et envisage d’en ouvrir neuf autres dans l’année, en région parisienne.

Go Voyages affiche lui aussi une belle dynamique, à une moindre échelle toutefois. Le TO recrutera cette année une quinzaine de conseillers vendeurs pour son centre d’appels, et recherche des billettistes. En même temps, il transformera en agence son point de retrait parisien, dès le 1er avril. Le succès du e-ticket rend inutile ce site. Plutôt que de licencier les 12 salariés, nous transformons cet espace en agence, explique Carlos Da Silva, PDG. Lastminute n’est pas en reste, qui recherche une quinzaine de destination managers (chefs de produits ayant des compétences commerciales), avec profils internationaux.

La grande distribution a la forme

La grande distribution est également un fort pourvoyeur d’emplois. Voyages Carrefour n’a pas encore fait ses prévisions. Toutefois, l’entreprise a embauché 150 conseillers vendeurs l’an dernier et pourrait rééditer ce chiffre en 2008, notamment pour ses ouvertures d’agences. Voyages Auchan prévoit une vingtaine de recrutements en 2008 et le double en 2009, quand E.Leclerc Voyages développe son réseau au rythme de 10 à 15 agences par an.

Incertitudes chez NF

Cette croissance n’est toutefois pas caractéristique de toute la distribution. Ainsi, le groupe NF, qui regroupe plus de 200 agences en propre et franchisées, espérait un retour à la profitabilité en 2008, mais n’a pas encore mis un terme à ses difficultés. Il devrait passer son tour cette année en termes de recrutement. La rumeur fait même état de licenciements avant l’été. Débordés, ses services n’ont pas souhaité répondre à nos questions.

De son côté, Thomas Cook a évité de justesse un plan social l’an dernier. Si les ventes sont reparties, il est trop tôt pour savoir si elles se concrétiseront en embauches. D’autant que tous les contrats en CDD ont été stoppés en début d’année. Là encore, les responsables n’ont pas souhaité répondre à nos questions, pas plus que les dirigeants d’American Express Voyages d’Affaires et Carlson Wagonlit Travel. Manifestement, la question de l’emploi reste un problème…

Chez les réseaux volontaires, les prévisions sont stables. Selectour escompte une centaine d’embauches dans les deux ans. Ces prévisions restent encourageantes dans un contexte économique en demi-teinte, commente Jean-Marc Guneau, responsable des ressources humaines. Vingt agences du distributeur, issues de toute la France, proposeront 30 offres d’emploi lors des Reev, soit moitié plus qu’en 2007. Chez Tourcom, on se montre plus prudent. Le recrutement devrait être stable. Les départs seront simplement remplacés présage Richard Vainopoulos, président du réseau.

Les voyagistes discrets

Chez les TO, la situation est plus difficile à évaluer, un grand nombre préférant rester discret, en attendant que les bonnes tendances de l’hiver se confirment. Ceux qui possèdent des hôtels-clubs, comme le Club Med, Fram ou Look Voyages, offrent des opportunités aux jeunes diplômés qui acceptent de partir en village, notamment pour l’animation. Plusieurs centaines de postes sont à pourvoir. Selon les fonctions exercées, ils peuvent revenir en France pour occuper des postes de commerciaux.

Les spécialistes du voyage sur mesure (très à la mode) présentent pour leur part des perspectives intéressantes. Le groupe Voyageurs du Monde recrute par exemple 25 à 30 conseillers en CDI, notamment pour ses nouvelles agences (Lyon, Marseille…), et pour Comptoirs des Voyages, qui programme de nouvelles destinations (Grèce, pays andins…). Le salaire mensuel pour un débutant démarre à 1 500 E bruts, précise Marie Paitier, DRH.

Commercial, une perle rare

D’une manière générale, les profils les plus recherchés sont les vendeurs avec expérience, les commerciaux et les billettistes. Les commerciaux tendent à fuir le tourisme en raison des bas salaires, ils deviennent une perle rare. Quant aux billettistes, les agences de voyages s’en étaient séparées lors du passage à la commission zéro. Elles en ont besoin à nouveau. Mais trop peu ont été formés, tandis que les jeunes diplômés de BTS tourisme préfèrent des postes plus polyvalents.

Enfin, il convient de ne pas négliger les départs en retraite, toujours plus nombreux, qui devraient entraîner des recrutements à des postes d’encadrement. Les entreprises cherchent des jeunes diplômés pour ces postes à responsabilité, car elles peuvent les payer moins cher, précise Emmanuel Toromanof. Bref, les salaires restent au coeur de la problématique de l’emploi dans le tourisme.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique