Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Un monde pour deux

La concentration ne souffre aucun répit dans le voyage d’affaires. Après la reprise de Rosenbluth par American Express en 2003, Carlson Wagonlit Travel vient d’acheter la filiale voyage d’affaires de l’américain Maritz. Deux opérations qui ont des répercussions sur le marché français.

Dans le voyage d’affaires, le bras de fer continue au niveau mondial et, plus particulièrement, aux Etats-Unis. Carlson Wagonlit Travel (CWT), filiale à 50/50 d’Accor et de Carlson Companies, vient d’annoncer l’acquisition de Maritz Corporate Travel (MCT), la filiale voyage d’affaires du groupe américain Maritz, également présent dans le conseil aux entreprises. La transaction, dont le montant n’a pas été dévoilé, reste soumise à l’approbation des autorités de la concurrence américaine. MTC réalise un volume d’affaires annuel de 1 milliard de dollars aux Etats-Unis (800 ME). Notre volume d’affaires consolidé atteint 13,2 milliards de dollars, soit 10,5 milliards d’E en 2003, précise de son côté Hervé Gourio, PDG de CWT. Ce montant comprend les 600 ME de Protravel racheté en début d’année et le 1,6 milliard d’E provenant de divers partenaires.

D’autres projets de croissance externe ne sont pas exclus

Nous avions perdu du terrain aux Etats-Unis, où la crise perdure depuis trois ans. Maritz voulait de son côté sortir du voyage d’affaires. Cette acquisition nous permet de mieux concurrencer American Express, le numéro un mondial. Désormais, 25 % de notre activité globale est générée outre-Atlantique, poursuit Hervé Gourio.

L’effet de volume est un levier important dans le voyage d’affaires. En reprenant Maritz, CWT entend mutualiser ses investissements et élargir sa gamme de services, pour mieux servir les entreprises. Le réseau souhaite aussi développer des services pour les PME, que des agences en ligne concurrentes (comme Expedia et Travelocity) sont bien décidées à séduire, après avoir conquis le grand public. Après les absorptions de Protravel et de Maritz Corporate Travel, CWT précise conserver une capacité de financement propre importante et n’exclut pas d’autres projets de croissance externe.

Des conséquences qui dépassent le marché américain

La formation du tandem CWT-Maritz Corporate Travel crée un important jeu de chaises musicales qui aura des répercussions sur le marché français. Le voyagiste allemand TUI a ainsi repris à Maritz les 50 % que ce dernier détenait dans le capital de TQ3 Travel (il possédait déjà l’autre moitié) pour les recéder aussi vite au réseau américain Navigant, qui devient de fait le nouveau partenaire de TQ3.

Selon Arnaud Ameline, DG France de TQ3, les deux groupes sont complémentaires : TQ3 a de fortes positions en Europe, Navigant aux Etats-Unis. Notre rapprochement nous permettra d’être mieux armés pour servir des comptes globaux, et nous développer ensemble en Asie. Son seul regret est que cet accord n’ait pas été finalisé plus tôt. Car Navigant, troisième réseau de voyages d’affaires outre-Atlantique, est déjà présent en France via la reprise de l’agence Transcap Voyages. Mais une conjoncture jugée difficile a entraîné une révision de ses ambitions, avec un volume d’affaires de 35 ME en 2003. En conclusion, la marque Navigant devrait disparaître en France au profit de TQ3.

TQ3 Travel ne se laisse pas impressionner

TQ3 Travel Solutions, désormais sous la houlette de TUI/Navigant, n’a en effet pas dit son dernier mot dans l’Hexagone. Il souhaitait racheter son partenaire français Protravel, repris finalement par Carlson Wagonlit Travel. Du coup, l’enveloppe prévue pour ce projet avorté sera finalement utilisée pour financer un développement en propre, annoncé comme ultra-rapide. La France constitue, avec l’Allemagne et l’Angleterre où nous détenons déjà de fortes positions, nos trois marchés prioritaires, certifie Arnaud Ameline. Nous voulons devenir le numéro trois du voyage d’affaires en France à l’horizon 2006. Bien que nous partions de rien, nous espérons réaliser à cette date un volume d’affaires de 200 ME environ.

Pour démarrer, TQ3 ouvre à Paris-La Défense le 1er juin un plateau d’affaires, avec une équipe de 50 personnes, qui devrait être doublée d’ici la fin de l’année. L’objectif est de créer un centre de services internationaux de qualité, avec une technologie innovante par rapport à la concurrence. Un deuxième centre, annoncé comme deux à trois fois plus grand, est prévu en 2005, vraisemblablement dans le sud de la France. TQ3 pourrait également choisir d’accélérer son implantation par croissance externe. Nous avons quelques dossiers intéressants sur la table, même s’ils sont bien sûr de taille plus modeste que Protravel. Quant au contrat de franchise avec Protravel, il court en théorie jusqu’à fin 2004, mais pourrait être écourté. Reste à savoir à qui reviendront les comptes signés par TQ3 Europe, et actuellement servis en France par le groupe lyonnais, lorsque le contrat sera dénoncé.

BTI France désormais à la troisième place

Ces projets ambitieux de développement laissent dubitatif BTI France qui, avec un volume d’affaires de 150 ME en 2003, occupe la troisième position du marché du voyage d’affaires en France depuis la fusion CWT-Protravel. Le distributeur affiche depuis plusieurs années une croissance de 20 à 30 % par an de son activité dans l’Hexagone. TQ3 vient de perdre son partenaire en France et de changer d’actionnaires. Ce n’est pas un très bon gage de stabilité pour ses clients, estime Valérie Sasset, directrice générale de BTI France. Le fait que Navigant soit davantage spécialisé sur les PME-PMI outre-Atlantique est également considéré comme un handicap à ses yeux. Autant de raisons, selon elle, pour que les entreprises se tournent désormais vers BTI. Le réseau est d’ailleurs prêt à les accueillir. Il va ainsi ouvrir un nouveau plateau d’affaires à Strasbourg destiné à servir un grand groupe américain dans toute la zone euro.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique