Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Snav aujourd’hui, Association des Entrepreneurs du Voyage demain ?

Après 18 mois d'observation à la tête du Snav, son président Jean-Pierre Mas engage une refonte structurelle du syndicat. Avec un changement de nom à la clé, annoncé en avril 2016, et de nouvelles ambitions. 

Le président du Snav Jean-Pierre Mas, s’est dit hier très satisfait de cette première édition des Journées de Entrepreneurs du Voyage, qui réunit un peu plus de 400 participants à Marseille. Satisfait notamment de la qualité du contenu et de l’implication des professionnels présents. Un bon niveau de participation dû également à la co-organisation de l’événement, le Snav ayant joué collectif avec le Seto, l’APST et Level.com. "C’est le reflet de tout le travail qu’on a fait ensemble depuis un an", a confirmé de son côté René-Marc Chicki, président du Seto.

Tous ensemble donc. La volonté est là, mais manque toujours une structure plus globale. Avec un budget annuel de 500 000 euros côté Seto et 1,5 million d’euros côté Snav, les moyens financiers de la future confédération restent limitée. C’est sans doute du coté de l’APST que des subsides complémentaires sont à chercher, notamment si le consommateur est amené demain à contribuer directement à la garantie financière. "Mais les finances, c’est un accessoire, le principal est la volonté de faire et de bouger les lignes", indique Jean-Pierre Mas.

Restructuration en 2016

En attendant cette future confédération dont il est question depuis des années, le Snav va initier sa transformation l’année prochaine. Pour Jean-Pierre Mas, il est par exemple anormal que le voyage d’affaires ne soit pas bien représenté au sein d’une commission dédiée. Idem pour l’incoming, le voyage en France n’existant plus au sein du Snav. "Une ânerie, selon Jean-Pierre Mas, car l’incoming, c’est ce qui nous donne une légitimité par rapport aux pouvoirs publics. Il faut donc recréer une cellule Voyage en France". La prochaine arrivée de la RN2D dans les locaux du Snav et de l’APST, avenue Carnot, devrait contribuer à ce regain d’intérêt.

Le calendrier de la refonte du syndicat sera calé sur celui des assemblées générales du syndicat, avec une révision des statuts au mois d’avril. "Nous allons aussi changer de nom. Les organisations actuelles ne s’appellent plus syndicats désormais". Exit donc le Snav l’an prochain pour donner naissance à ce qui pourrait s’appeler, nous le supposons, l’Association des Entrepreneurs du Voyage. Avec 1 300 adhérents aujourd’hui, le Snav pourrait ainsi mobiliser plus largement, comme l’ambitionne également Lucien Salemi, président du Snav Méditerranée.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique