Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Selectour met le cap sur 2010

Rassemblés pendant trois jours à Agadir, les adhérents du distributeur ont découvert le Programme Vision 2010. Renforcement du voyage d’affaires au travers de plateaux mutualisés, développement du maillage du réseau et plan de formation figurent parmi les priorités.

Pour son premier congrès en tant que président de Selectour, François-Xavier de Boüard a eu le privilège de présenter à Agadir, du 29 novembre au 2 décembre, le projet d’entreprise qui conduira le réseau jusqu’en 2010. Une feuille de route définie à partir des réponses à l’enquête Ensemble, construisons le Selectour du futur, réalisée cet automne auprès des adhérents. Ce Programme Vision 2010 sera mis en oeuvre par le nouveau ou la nouvelle directrice générale, dont le recrutement devrait être bouclé pour la mi-janvier. La personne qui remplacera Martine Granier pourra s’appuyer sur deux nouvelles directions, affaires et tourisme, dont les postes seront pourvus prochainement.

Le bilan 2007

Le volume d’affaires (VA) global réalisé par les 538 points de vente (pour 235 licences) devrait légèrement progresser cette année, et les bénéfices de la coopérative Selectour Voyages seront équivalents voire supérieurs à ceux réalisés en 2006 (294 000 E), a annoncé François-Xavier de Boüard. L’activité billetterie (793 M E en 2006) baissera toutefois de 2 % en 2007, en raison notamment de la perte de certains adhérents (la billetterie de Tourinter est sortie du périmètre), d’un transfert de l’aérien vers le ferroviaire, et surtout de l’envol des low cost. A l’inverse, le rail affiche une progression de 8,1 % à fin octobre. Le VA de la location de voitures recule de 6 %. Comme dans d’autres réseaux, les ventes hôtelières ont fortement augmenté (+46 %) chez Selectour, qui a référencé cette année Chase et Octopus, en plus de Transhotel. Concernant le tourisme enfin, le VA devrait croître de 4 %, avec une poussée des TO spécialistes et régionaux.

Le voyages d’affaires

Selectour veut se donner les moyens de rester leader sur le créneau des voyages d’affaires pour les PME. En raison de la spécialisation de plus en plus grande des points de vente, le réseau va créer des plateaux mutualisés, afin de permettre aux adhérents ne possédant pas leur propre plateau de disposer des outils les plus performants en matière de billetterie. Les agences qui le désirent pourront ainsi sous-traiter tout ou partie de leur activité voyages d’affaires à d’autres adhérents.

Quatre plateaux mutualisés seront opérationnels dès janvier (Voyages OVP, Bleu Voyages, De Boüard Voyages, MNV ou Provoyages ont le bon profil), mais une quinzaine pourrait fonctionner à terme et gérer la billetterie d’une centaine de points de vente, pour un VA estimé à 50 M E en 2008. L’agence, qui continuera d’assurer la relation commerciale avec son client entreprise, versera une redevance à l’adhérent propriétaire du plateau en échange de ce service, qui fera l’objet d’un contrat entre les deux parties. Avec cette organisation, nous entendons aussi réagir à l’arrivée d’American Express Voyages d’affaires qui prévoit de constituer un réseau d’agences partenaires, ajoute le président.

Les accords TO

Concernant le tourisme, Selectour s’est félicité d’avoir pérennisé les conditions actuelles de rémunération, lors des négociations de référencement qui se sont déroulées au niveau de l’Alliance.T (avec Carlson Wagonlit Travel). Plusieurs fournisseurs ont été adoubés à cette occasion : Héliades, Austral Lagons, Hurtigruten et Nouvelles Destinations. Opposé à une rémunération selon la saisonnalité, François Xavier de Boüard devrait cependant rencontrer certains voyagistes au premier trimestre 2008 pour discuter de la mise en place d’un complément de rémunération individuelle, lié à la performance de chaque agence.

Les services aux adhérents

Dans le courant du premier trimestre 2008, Selectour va instaurer un service gratuit d’assistance juridique, avec l’objectif de traiter les problèmes d’après-vente. Il faut décharger les adhérents de certaines questions afin qu’ils puissent se concentrer sur la vente, estime le président. Si l’expérience est concluante, nous enchaînerons avec la mise en place d’un service d’assistance fiscale en 2009, puis d’une assistance à la gestion.

La formation

Malgré le départ de Martine Granier qui en avait fait son fer de lance, la formation demeure l’une des priorités de Selectour, qui va embaucher un directeur de la qualité et de la formation. Surtout, le réseau va investir 700 000 E pour former dans les deux ans ses 2 239 collaborateurs. Ce programme ambitieux, gratuit pour les adhérents, sera réalisé en plus de l’école interne Hippocampus et n’entrera pas dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF).

La vente sur Internet

Le web n’est pas oublié. Après Selectour.com, qui devrait générer cette année un VA de 2,5 M E (contre 800 000 E en 2006), le réseau va investir 100 000 E dans la création de microsites marchands pour ses 250 adhérents. Chacun pourra personnaliser son site en fonction de son activité ou de sa typologie de clientèle, précise François Xavier de Boüard. Comme pour Selectour.com, la billetterie sera gérée par le moteur de réservation d’Amadeus, tandis que l’offre de séjours proviendra dans un premier temps de Promovacances (en marque blanche).

Les points de vente

En parallèle de ce Programme Vision 2010, Selectour compte accroître sa notoriété, via un budget de communication qui sera porté à 2 ME en 2008 (+17,6 %). Les campagnes mettront en avant la seule marque Selectour, les adhérents étant opposés à la création d’une seconde enseigne, malgré les velléités de certains pour se développer. Si l’objectif de 800 points de vente avancé il y a deux ans a été abandonné, le président ne désespère pas de grossir les rangs du réseau d’une bonne centaine d’agences d’ici 2009, notamment dans l’Est, le Languedoc-Roussillon et l’Ile-de-France.

Sans remettre en cause le numerus clausus, il mise pour cela sur une application plus stricte de la règle des 20 % de parts de marché sur une zone de chalandise (sous ce seuil, une seconde agence Selectour peut s’installer dans une ville ou un quartier). Nous ne perdrons pas notre âme et nos valeurs dans une course inconsidérée à la croissance, a-t-il précisé en clôture du congrès.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique