Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

MICE et voyage d’affaires ont un avenir commun

Au-delà des similitudes de prestations achetées et des fournisseurs impliqués, les deux segments ont de nombreuses synergies à faire jouer. D’autant que les entreprises ont encore peu de politiques MICE formalisées.

Actuellement, on estime qu’entre 5 et 10 % des entreprises françaises ont rédigé une politique événementielle alors que les dépenses liées chaque année au MICE (Meetings, Incentives, Conventions and Exhibitions) représentent entre 1,5 % et 4 % des dépenses des sociétés, selon une étude CWT. Les spécialistes du voyage d’affaires, qui voient leurs marges dégringoler d’année en année, pensent avoir trouvé dans le secteur du MICE de nouvelles sources de rémunération. « Les directions des achats réalisent qu’elles ont des tarifs négociés avec les hôteliers et les compagnies aériennes qu’elles peuvent très bien utiliser pour le MICE », explique Jean-Marc Dandurand, directeur général France de l’agence ATPI. Au-delà des similitudes de prestations achetées et des fournisseurs impliqués, ces deux segments d’achats se ressemblent fortement par leurs structures décisionnelles et leur logique budgétaire. En effet, comme le business travel, le MICE tend à de moins en moins à échapper à la globalisation des achats. Expertes dans ce domaine, les TMC (Travel Management Companies) se mettent donc aujourd’hui à appliquer au MICE le modèle mis en place pour le voyage d’affaires.

Ainsi, Carlson vient de sortir une nouvelle offre baptisée « CWT Meetings et Events », dont l’objectif est d’apporter une solution packagée aux entreprises qui comprend trois volets : le consulting, la recherche gratuite de lieux en partenariat avec Bedouk, et les nouvelles technologies pour organiser des réunions virtuelles. « Les entreprises ont le choix : notre offre va de la réservation de l’hôtel à la gestion de l’ensemble de l’événement », indique Agnès Benveniste, directeur général adjoint Meetings chez CWT. Avec une équipe de plus de cent personnes et un service création intégré, CWT s’affiche aujourd’hui – aussi – comme une agence de communication événementielle capable de gérer une manifestation de A à Z et à un prix compétitif. « En globalisant les achats, les entreprises pourront, d’ici deux ans, réaliser 10 à 15 % d’économie sur leur budget MICE », ajoute-t-elle

PRIORITÉ AU SOURCING DES HÔTELS

American Express veut lui aussi sa part du gâteau. La TMC a triplé ses effectifs dédiés au MICE en deux ans et gère désormais ensemble les deux pôles de dépenses. « Plus de la moitié de nos grands comptes nous ont confié la gestion de leur politique MICE », souligne Saskia Gentil, directeur France d’American Express Meetings et Events depuis début septembre. Amex a aussi sorti récemment une nouvelle offre : « Meeting Expert » basée sur le sourcing des hôtels pour asseoir son expertise en logistique. Pour la partie événementielle, Amex s’appuie sur les compétences du Public Système, son partenaire depuis un an. « Le contrat qui arrivera à échéance d’ici six mois sera renouvelé. Nous avons des deux côtés la volonté de le faire évoluer », explique-t-elle. En un an, un seul événement a été organisé conjointement : le Discovery Day de Safran qui a réuni 3 500 personnes à Paris en juin dernier.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique