Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Mayotte veut poser les bases de son tourisme

L’île de l’océan Indien est en train de se doter d’un schéma de développement touristique pour se donner les moyens de structurer un secteur encore balbutiant.

Il y avait déjà eu une tentative, en 2007, mais qui n’avait pas porté ses fruits, “faute de moyens financiers”, regrette Michel Madi, le directeur du Comité Départemental du Tourisme. Cette fois, Mayotte espère réellement poser les bases de son activité touristique avec le déploiement d’un nouveau schéma de développement touristique sur la période 2020-2030. Avec un élément qui devrait faire la différence, estime Michel Madi.  “Nous avons accès aux fonds européens depuis 2014. Cela va nous aider à développer des projets structurants”, explique-t-il. Certains outils ont déjà vu le jour : deux Offices de tourisme ont ouvert courant 2018, les tout premiers à Mayotte. L’objectif est donc désormais de créer un schéma d’action à court, moyen et long terme concernant les activités, l’aménagement ou l’offre d’hébergement. 

L’hébergement reste un des points faibles de l’île, reconnaît Michel Madi. Mais des projets sont en cours. “D’ici 2021, l’idée est de renforcer le parc hôtelier avec deux structures de 40/60 chambres, des structures à taille humaine, aux standards internationaux”, détaille Michel Madi. A l’heure actuelle, Mayotte compte environ 1000 lits. L’île propose aussi des hébergements alternatifs : des gîtes, des chambres d’hôtes chez l’habitant. Un mode d’hébergement dont le développement sera de toute façon encouragé. “Cela permet une découverte et un contact plus intense avec Mayotte, estime Michel Madi, et ça permet aussi aux habitants d’être acteurs du tourisme.” Car l’ambition de l’île est de développer un “tourisme de qualité”, souligne Michel Madi. Responsable, et durable.

« Le tourisme affinitaire, ce n’est pas un sous-tourisme »

Pour cela, Mayotte compte notamment s’appuyer sur son lagon, et mise sur des activités telles que la plongée, ou les « randonnées douces ». Le positionnement de la destination se fera sur le triptyque « terre, mer et culture ». “Mayotte a une culture très vivace, décrit Michel Madi. Au niveau administratif et politique, c’est un département français, mais il y a une culture très forte, avec notamment un héritage important de l’Afrique.” 

Pour le moment, le tourisme vers Mayotte reste timide, et est très largement affinitaire. 80% des 56 000 touristes viennent de métropole et de La Réunion. “Mais le tourisme affinitaire n’est pas un sous-tourisme, martèle Michel Madi. Ce sont des touristes à part entière. A nous de voir comment on peut pousser ces affinitaires à plus de consommation touristique sur le territoire.” Le marché prioritaire reste donc la France métropolitaine, dont les déplacements à Mayotte sont logiquement facilités, notamment au niveau des formalités. Mais Mayotte vise aussi un marché secondaire en Europe (Bénélux, Allemagne…) et, bien sûr, La Réunion voisine. Si des combinés existent entre les destinations, autour des îles Vanille par exemple, la différence, en termes de niveau d’infrastructures, les limite pour le moment.

Nouveau rapprochement avec Atout France

Sur l’année 2018, Mayotte a enregistré une baisse de 9% de sa fréquentation par rapport à 2017 en raison de mouvements sociaux et du départ de la compagnie Corsair, détaille Michel Madi. L’aérien est l’autre point faible de Mayotte. Mais là aussi, les choses devraient bouger dans les prochains mois, espère Michel Madi.

Mayotte a enfin décidé de se rapprocher à nouveau d’Atout France pour être accompagnée dans sa démarche de développement touristique. Son adhésion avait été suspendue il y a deux ans. “Mais je les ai revus au cours de l’IFTM, indique Michel Madi, et nous allons rejoindre le Cluster Outre-Mer. Avec le schéma de développement touristique actuellement en cours d’élaboration, nous avons désormais les bases pour un dialogue efficient.” Le schéma sera rendu fin 2019.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique