Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Manor met la pression sur Thomas Cook

Le congrès du réseau volontaire, qui s’est tenu du 10 au 12 novembre à Lisbonne, a fait ressortir des tensions entre les deux partenaires. Au point de ne pas renouveler leur accord-cadre l’an prochain ?

Il y a de la tension dans l’air. Les relations entre Manor et Thomas Cook ne sont plus sereines et constructives, comme il y a deux ans lorsque les deux réseaux avaient signé un contrat-cadre valable jusqu’à fin 2012. Participant au congrès, Jérôme Maton, DG délégué de TC en charge de l’ensemble du réseau, a été invité par Manor à s’exprimer devant l’assemblée sur « l’affaire » du prélèvement de 1,5 point sur le chiffre d’affaires des TO pratiqué en août dernier. « Je reste convaincu du bien fondé de la démarche, mais je reconnais que la méthode était brutale », a-t-il expliqué.

MÉCONTENTEMENT À L’UNISSON

Choqué par cette réponse, Jean-Michel Rath, le patron du réseau Cap 5, pourtant signataire du contrat-cadre avec TC et propriétaire de 3 agences Jet tours dans le Nord, a préféré quitter la salle. « Ce ne sont pas des méthodes en temps de crise », confie-t-il à l’extérieur. Ajoutant être encore plus déçu par « la dégradation du produit Jet tours et par les prix affichés qui ne sont plus compétitifs par rapport à ceux pratiqués en Belgique ». Une situation « inquiétante » qui pourrait l’amener à décrocher l’enseigne Jet tours si elle ne s’améliorait pas.

Lui emboîtant le pas, Francis Gallo, dirigeant de Sembat Voyages, à la tête lui aussi de 3 points de vente Jet tours, remarque à son tour que « la marque est de moins en moins visible sur les brochures » et surtout que « les litiges se multiplient depuis la délocalisation l’été dernier du centre de réservation de Thomas Cook en Tunisie ». « On sait qu’il y a des litiges » lui a répondu Jérôme Maton. « On est actuellement au milieu du gué. La plateforme doit être prête pour la haute saison ».

MANOR DÉVELOPPE SES PROPRES OUTILS

Dans ce contexte, l’accord-cadre signé fin 2009 n’a plus vraiment raison d’être. « Nos relations avec TC sont très commerciales. L’accord-cadre a été créé pour les agences enseignes Jet tours, pour consolider cette marque. Nous déciderons l’an prochain si l’accord vaut la peine d’être renouvelé », explique Jean Korcia, président de Manor.

Dans les faits, le réseau fonde déjà ses espoirs sur le partenariat qu’il a noué avec TourCom pour développer ses ventes tourisme. Au nom de BTTG (le GIE constitué par les deux réseaux), ils vont d’ici le mois prochain renégocier leurs contrats avec une dizaine de compagnies aériennes loisirs. Manor devrait également dans les prochaines semaines bénéficier de la centrale de paiement de TourCom (Tourfinance), puisque Moneydirect, qui équipe les agences TC et Manor signataires de l’accord-cadre, cessera ses activités à la fin de l’année. En parallèle, le réseau commence à développer ses propres outils. Sous l’appellation Force 20 et mis en place par la Commission Tourisme, une vingtaine de vendeurs va être formée sur une destination par un office de tourisme, pendant une période de trois mois, et être envoyée en éductour. La première session sur la République Dominicaine s’est remplie en deux jours. Suivra ensuite Dubaï. « Les vendeurs recevront un certificat d’expert et formeront ensuite leurs collègues dans les agences ». Il était temps …

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique