Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les services additionnels s’envolent mais échappent aux agences

Selon une nouvelle étude publiée par Amadeus, les revenus tirés des options proposées par les compagnies aériennes atteignent 32,5 milliards de dollars en 2011. Une manne dont ne profitent pas vraiment les agences.

Choix du siège, suppléments bagages, embarquement express… : ces petits « plus » facturés par les transporteurs deviennent de vraies pépites, d’après une étude réalisée par IdeaWorks pour Amadeus. Les 32,5 milliards de dollars que 200 compagnies aériennes dans le monde auront facturés cette année sont en croissance de 43,8 % par rapport à 2010. Un filon qui aurait même permis à l’industrie du transport aérien de ne pas sombrer dans le rouge, en venant compenser l’envolée des frais de carburant.

Sept « grandes » compagnies américaines trustent à elles seules 38 % du gâteau doré des revenus additionnels (soit 12,5 milliards de dollars). Il s’agit d’Alaska Airlines, American, Continental, Delta, Hawaiian, United et US Airways. Ces transporteurs vont parfois jusqu’à facturer les écouteurs et les couvertures à bord. Leurs homologues européennes, et notamment les low costs, empochent déjà 9 milliards de dollars d’extras (en croissance de 18,7 % par rapport à 2009). Parmi les champions en la matière figurent sans surprise Aer Lingus, easyJet et autre Ryanair.

Reste que les options tarifaires sont quasi absentes des GDS. « La distribution des premiers Ancillary Services est prévue dans quelques mois », précise Emmanuel Bourgeat, directeur général de Travelport France (Galileo et Worldspan). Les vendeurs français équipés d’Amadeus n’ont accès qu’à l’excédent de bagage de CorsairFly, sur les vols à destination de la Réunion… Des discussions sont en cours avec plusieurs compagnies, qui souhaitent lancer des services additionnels fin 2011-début 2012, assure le GDS. À terme donc, les clients d’Amadeus devraient pouvoir en vendre comme des petits pains au sein d’un dossier (PNR) ; la remontée comptable s’effectuera automatiquement dans leur système de gestion. D’où des gains de productivité indéniables par rapport au système « D » auquel les agences sont condamnées (lire l’article ci-contre).

Les suppléments sont aussi un dossier stratégique pour l’américain Sabre. Le GDS propose l’équivalent d’un comparateur d’options aériennes sur 200 transporteurs. Cependant, la réservation et l’émission sont opérationnelles sur Air New Zealand uniquement… pour les seules agences américaines et australiennes. « Nous travaillons sur le sujet depuis 2007, indique Corinne Évian, responsable du produit aérien chez Sabre pour l’Europe et le Moyen-Orient. C’est important pour les compagnies d’ouvrir ces services à la distribution, mais avec de bons outils derrière. Il ne faut pas que les agences passent par une usine à gaz pour les réserver ». À terme, poursuit-elle, la norme EMD (Electronic miscellaneous document) va s’imposer, pour tous les GDS. Ce sera aux services additionnels ce qu’est l’e-ticket au billet d’avion « nu ».

En attendant que ce nouvel oiseau technique d’EMD fasse son nid dans l’industrie, les extras restent pour la plupart facilement accessibles aux seuls clients finaux. De fait, les compagnies les proposent en BtoC. La preuve avec Airfrance.fr, ses suppléments bagage et les sièges Plus, en cabine Voyageur. La lenteur avec laquelle les options intègrent les GDS laisse d’ailleurs perplexe. Les compagnies ne chercheraient-elles pas à pousser leurs ventes directes, en offrant un service complet sur leurs sites web ? On est en droit de se poser la question.

 

* NB : les options tarifaires prises en compte dans l’étude incluent les revenus générés par les programmes de fidélité (versés par des partenaires comme des loueurs ou des hôtels par exemple)

Les vendeurs français équipés d’Amadeus n’ont accès qu’à l’excédent de bagage de CorsairFly, sur les vols à destination de la Réunion…

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique