Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La SNCF change d’époque ce 11 décembre

Le 11 décembre, la SNCF inaugure le TGV Rhin-Rhône, entre Dijon et Mulhouse, et affronte un nouvel opérateur privé sur Paris-Venise. La fin du monopole.

La mise en service du TGV Rhin-Rhône, le 11 décembre, marque pour la SNCF l’ouverture d’un premier axe province-province, avec une offre commerciale construite de part et d’autre de 140 kilomètres de voies nouvelles entre Dijon et Mulhouse. Le nouveau TGV,qui attend 11 millions de voyageurs par an, redessine la desserte entre Paris, la Bourgogne, la Franche-Comté et le Sud de l’Alsace, et autorise d’inédites liaisons directes à grande vitesse entre toutes les régions de la moitié Est de la France et la Méditerranée, avec des temps de parcours raccourcis : entre Mulhouse et Marseille, le gain de temps s’établit à une heure. De Lyon à Strasbourg, après une tranche de travaux complémentaire promise fin 2012, le temps de parcours s’établira à 3 h 40, soit une heure et demie économisée par trajet. Vers la Suisse, les TGV Lyria emprunteront désormais l’axe Sud-Est et la LGV Rhin-Rhône, plus rapide (30 minutes gagnées) que la LGV Est qui passe par Strasbourg. Vers l’Allemagne, il faudra attendre encore un an avant la mise en service d’un Lyon-Francfort, opéré conjointement par la SNCF et la Deutsche Bahn, prometteur sur la clientèle affaires.

La SNCF profite de l’entrée en vigueur de sa grille horaire d’hiver, le 11 décembre, pour recalculer l’ensemble de son offre nationale et locale. Les nouveaux horaires prévoient une meilleure prise en compte des correspondances entre les trains régionaux (TER) et les TGV, avec la mise en place de « hubs » ferroviaires et la montée en puissance des horaires cadencés, sur le modèle suisse. La SNCF promet d’établir 16 % de ses horaires sur ce rythme cadencé d’ici 2016, contre 8 % actuellement.

Le 11 décembre marque aussi l’arrivée d’un nouveau concurrent dans le transport ferroviaire de voyageurs. Thello, co-entreprise du Français Veolia et de la compagnie italienne Trenitalia, se lance sur le trajet Paris-Venise, de nuit, et table sur 250 000 à 300 000 passagers par an. L’opérateur privé, qui exploitera des trains de 400 places en moyenne, attaque ce marché sur tous les segments de la clientèle, depuis le low cost (cabines 6 places, à partir de 35 E l’aller simple) jusqu’au service haut de gamme en cabine individuelle ou privatisable. « Nous avons conçu l’offre comme une croisière ferroviaire. L’équipage mis à disposition par LSG, filiale de Lufthansa, assurera toutes les missions commerciales, d’accueil, de restauration et d’hôtellerie à bord », explique Ronan Bois, directeur commercial de Thello. La SNCF ripostera avec un tarif d’appel inédit à 25 E sur Paris-Milan, une ligne opérée trois fois par jour au départ de la gare de Lyon.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique