Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Polynésie s’offre un plan marketing pour exister pleinement

Pour mieux se vendre en Europe et pallier son déficit d’image, les îles du bout du monde chères à Brel et à Gauguin réorganisent leurs marchés et leur communication.

Promouvoir la destination toute l’année avec une politique de prix spéciaux de novembre à mars, faire de Tahiti une destination à part entière et mieux vendre les autres îles de l’archipel… : le plan marketing de la Polynésie française présenté à Top Resa par Brigitte Vanizette, ministre du Tourisme du territoire, a redonné le sourire aux opérateurs de cette destination mythique.

Après un premier plongeon en 2001, la Polynésie a enregistré une chute de fréquentation de 17 % en 2002 (189 030 visiteurs), avec une forte baisse des Américains. Les chiffres du premier semestre 2003 laissent toutefois espérer une nette reprise (+8,33 %), en particulier sur le marché anglais (+29 %) et auprès des Français de métropole (+5 % ). En cause, la distance et le coût des forfaits. La politique tarifaire rigide des hôteliers finissait par figer le marché, explique Colette Viera da Silva, directrice de Croisitour. En gros, jusqu’ici, les hôtels de luxe de l’archipel appliquaient trois niveaux de prix selon la taille des TO, ce qui desservait les plus petits.

L’arrivée d’une stratégie globale satisfait donc tout le monde. L’enjeu est clair : doper les marchés européens (51 976 visiteurs en 2002, en hausse de 6 %) et surtout français (de loin la première clientèle avec 46 600 visiteurs).

Le programme de formation des agents de voyages renforcé

Pour cela, le GIE Tahiti Tourisme s’est doté d’une nouvelle équipe sous la direction de Patrick Hof-fnung, directeur de Tahiti Tourisme Paris et coordinateur Europe. Premier axe du plan : le renforcement des partenariats avec les compagnies aériennes (notamment Air Tahiti Nui et ses quatre Airbus A340 qui assurent cinq vols par semaine au départ de Paris) et les tour-opérateurs à travers des tarifs plus doux de novembre à mars, des événements, des efforts de promotion.

Pour pallier le déficit d’image dont souffre ce territoire de 118 îles disséminées sur cinq archipels du Pacifique, Tahiti devient en outre une destination à part entière dans le plan de communication de la destination. Les paradis cachés que sont les autres îles (Huahiné, Raiatea, Tahaa, Tikehau, Fakarava, Manihi et les Iles Marquises) seront promues à part. Dans la gamme d’hébergements (46 hôtels et 3 153 chambres en 2002), la petite hôtellerie familiale (1 452 chambres) est mise en avant pour une clientèle avide d’authenticité. De quoi proposer des forfaits à des tarifs plus accessibles. Les accès interîles seront améliorés avec de nouveaux aéroports et des tarifs spéciaux (notamment avec le Pass Air Tahiti Nui, qui offre cinq nuitées gratuites pour cinq achetées, dans 80 adresses de charme). Enfin, outre la rénovation du site Internet www.tahiti-tourisme.fr, le GIE prévoit le renforcement du programme de formation des agents de voyages baptisé Tiare Tahiti, avec l’objectif de tripler le nombre d’agences spécialistes de la destination (100 actuellement).

Deux ambassadeurs extraordinaires devraient donner un sérieux coup de main à la Polynésie fin 2003 : Gauguin, en vedette au Grand-Palais à Paris (jusqu’au 19 janvier 2004) et Jacques Brel, thème de deux croisières du paquebot Paul Gauguin dans les archipels (Tuamotu, Marquises, Société) pour commémorer les 25 ans de la disparition du chanteur, en novembre et décembre prochain.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique