Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Exclusif : le ministère des Affaires étrangères cherche 45 millions d’euros d’économies

Nous avons pu consulter la note diplomatique qui mentionne le plan social devant toucher un tiers des effectifs d’Atout France.

La note diplomatique date du 7 février 2019. Son objet est plutôt sobre au vu de l’ampleur des mesures envisagées, puisqu’il est présenté comme une « Réforme des réseaux de l’Etat à l’étranger : point de situation et prochaines étapes ».

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) devra se mettre au régime, explique ce document, signé par son secrétaire général Maurice Gourdault-Montagne. « Le Premier ministre a ainsi validé, au cours d’une réunion de ministres qu’il a présidée le 25 janvier, et sur la proposition du Ministre (Jean-Yves Le Drian, NDLR), une cible globale de réduction de la masse salariale à l’étranger pour le MEAE de 45,1 M€ pour la période du 1 juillet 2018 au 31 décembre 2022 », est-il précisé.

Extrait de la note :

L’effort d’économie du Département est ainsi fixé à 5,7% de réduction de sa masse salariale sur la période. Il concourt à une réduction globale de 7,9 % de la masse salariale à l’étranger cumulée des ministères et des quatre opérateurs (Atout France, Business France, Cirad, IRD).

Vers des synergies entre Atout France et Business France

Un « point de situation » est signifié en page 2 de la note. Concernant les quatre opérateurs du ministère, le Premier ministre a retenu deux principales « orientations ». Tout d’abord, il est question de 15M€ de gains attendus d’ici 2022 pour Business France (87 bureaux, 124 pays couverts) et l’organisme en charge de la promotion de la France à l’étranger Atout France (32 bureaux). Pour ce faire, sont programmées une « réduction d’ici à 2020 d’un tiers de la masse salariale du réseau d’Atout France », mais aussi des « réductions supplémentaires dans les deux réseaux et synergies des deux opérateurs, avec l’engagement d’expérimentations pilotes dès 2020 ». Des bureaux des deux organismes vont-ils fusionner dans certains pays ? Le texte ne le dit pas de manière explicite.

Le deuxième volet des orientations évoque 10M€ de gains attendus d’ici 2022 pour le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et l’IRD (Institut de recherche pour le développement). Le ministère envisage aussi le regroupement de certains guichets consulaires ou de services de visas.

A lire aussiUn plan social en préparation au sein d’Atout France

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique