Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

[EXCLUSIF] Frédéric Lorin quitte l’IFTM-Top Resa

Le directeur du salon BtoB du tourisme explique les raisons de son départ, dans une interview accordée à L’Echo touristique.

L’Echo touristique : Selon la rumeur, vous seriez sur le départ de l’IFTM-Top Résa. Qu’en est-il ?

Frédéric Lorin : Il n’aura échappé à personne que Reed (Expositions, NDLR) conduit depuis plusieurs mois une réorganisation en profondeur, tant du point de vue des ressources humaines que des méthodes. Comme toute réorganisation, elle déclenche – et c’est bien normal – une profonde réflexion de la part des collaborateurs. J’ai moi-même mené cette réflexion sur l’intérêt de poursuivre l’aventure au regard de mes convictions. Cela me conduit aujourd’hui à faire le choix du départ de l’entreprise. C’est une décision assez difficile car je suis issu du tourisme. Je suis attaché au salon IFTM et à notre industrie du tourisme, qui me le rend bien d’ailleurs. Mais tout choix est renoncement… provisoirement en tout cas.

Avez-vous un nouveau projet professionnel ?

Frédéric Lorin : A ce stade, vous comprendrez qu’il est trop tôt pour dévoiler quoi que ce soit. Je pourrai répondre à cette question dans quelques mois au plus tard. Ma connaissance fine des différents marchés – loisirs, corpo, techno, événementiel -, des acteurs de l’industrie et de leurs attentes me permettront, je pense, d’accompagner et de développer de futurs projets.

Qui va vous succéder ?

Frédéric Lorin : Je laisserai à Reed le soin de répondre à cette question.

Vous incarnez l’IFTM depuis six ans. Quel bilan dressez-vous ?

Frédéric Lorin : Je suis fier de mon bilan après ces six années à la direction générale de l’IFTM, au niveau quantitatif comme qualitatif. A l’exception de l’année 2020, où il a été annulé, le salon n’a jamais cessé d’être en croissance. L’édition 2021 a fait face à de nombreux obstacles, mais elle a finalement été saluée par tous comme le salon des retrouvailles.

Justement, que pensez-vous de l’hybridation des salons, comme vous l’avez expérimentée en 2021 ?

Frédéric Lorin : Nous avons fait l’expérience de l’hybridation face à la crise du Covid-19 et aux contraintes de déplacement qu’elle a générées. Mais force est de constater que l’expérience n’est pas très concluante. Les plateformes digitales nées des salons hybrides peinent à attirer leur public. Pour moi, c’est presque bon signe : le public, qu’il soit exposant ou visiteur, reste attaché à la rencontre physique, en présentiel, en face à face. Rien ne remplace l’expérience profondément humaine qu’est la rencontre.

Comment anticipez-vous l’année 2022, dans l’industrie du voyage en général ?

Frédéric Lorin : Notre industrie va encore être, pour un temps, soumise à des aléas, des reculades, des obstacles. Nous vivons en quelque sorte une nouvelle période de la tectonique des plaques. Tout bouge, mais tout finira par s’ajuster. C’est donc le bon moment, pour moi, d’explorer, construire et mettre en œuvre des idées nouvelles évoquées maintes fois avec la profession depuis toutes ces années.

3 commentaires
  1. Michel NAHON dit

    Un beau parcours, dans un contexte difficile, et des contacts chaleureux avec l’ensemble des professionnels. So long Frédéric, en espérant croiser ta route très vite.

  2. JEAN POL LECLERCQ dit

    Tu avais parfaitement bien marqué de ton empreinte l’IFTM dans la lignée des grands . Merci pour ta simplicité , ton écoute attentive , ton professionnalisme. Hâte donc de te retrouver très vite ! Ne nous surtout manque pas surtout s’il te plait !

  3. MINCHELLA dit

    Bonne chance pour la suite Frédéric. Tu as été un exceptionnel compagnon pour nous les réseaux et surtout pour toutes les agences. Je souhaite surtout te retrouver sur d’autres projets. ♥️

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique