Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment 3mundi veut gagner des (très) grands comptes

"Small is not beautiful pour 3Mundi", qui signe un accord avec le groupement FCm Travel Solutions, afin de mettre le turbo dans sa stratégie de croissance.  

 

3mundi veut définitivement jouer dans la cour des grands. C’est la raison pour laquelle, 18 mois après le rapprochement avorté avec Frequent Flyer Travel Paris, l’agence signe avec le réseau FCm Travel Solutions, implanté dans 92 pays.

Les deux partenaires iront en tandem sur les terres d’American Express Voyages d’Affaires, Carlson Wagonlit Travel et autres Egencia. Leur collaboration a d’ailleurs commencé. "Nous avons gagné ensemble Euronext, ThyssenKrupp et JDSU", précise Jordy Saelen, DG et cofondateur de 3mundi. Ce qui représente "des dizaines de millions d’euros" sur une année. Concrètement, dans le cas d’un groupe mondial basé à Paris, 3mundi devient l’agence locale, l’australien FCm servant le client sur les autres marchés.

Tripler de volume

L’objectif du partenariat est chiffré : 300 millions de volume d’affaires d’ici 3 ans sur le périmètre France-Suisse, contre 100 millions d'euros cette année (dont environ 80M€ pour 3mundi seul). "C’est très ambitieux", reconnait Jordy Staelen, qui prévoit du coup environ 50 embauches en 2016. "Mais le marché est dans l’attente de solutions nouvelles".

Pour l’heure, la TMC compte près de 100 salariés à Paris, Genève et Barcelone, où est implanté son Business Travel Lab (28 ingénieurs et développeurs).

Un partenaire exigeant

FCm, qui travaillait depuis 2008 avec Voyages Gallia sur le marché français, a conclu avec 3mundi un contrat de licence de 5 ans, renouvelable. Ce contrat exclusif a été signé le 1er janvier, et prend effet le 1er octobre 2015. "Nous avons connu neuf mois d’intégration, qui représentent (un investissement de) plusieurs centaines de milliers d’euros. Cinq personnes s’y sont consacrées à temps plein. On a vraiment retroussé nos manche pour être aux normes de FCm. Délivrer le même service dans 92 pays, c’est forcément compliqué".

Car le groupe australien est exigeant, et procèdera d’ailleurs à un audit deux fois par an. "Nous avons les mêmes valeurs", ajoute confiant Jordy Staelen, qui espère bien pérenniser le tandem, pour obtenir un bon retour sur investissement.

Retour sur Frequent Flyer Travel Paris

"C’est un mal pour un bien", estime Jordy, quand il évoque l’échec de son rapprochement avec Frequent Flyer Travel Paris. "Nous serions restés un acteur local, plus gros, mais local. Là, nous avons la possibilité d’entreprendre quelque chose de plus grand, à l’échelle internationale". "C’est l’émergence d’un groupe qui pourra aller chercher des sociétés du CAC40", ajoute Simons Renaud, également DG cofondateur de 3mundi.

L’essai raté avec Frequent Flyer n’a en tout cas pas trop pénalisé, a priori, les comptes de l’agence française, créée en 2006. Son chiffre d’affaires est en croissance de 31% en 2014, avec un bénéfice avant impôts (Ebit) multiplié par deux. Le volume d’affaires prévisionnel s’établit à 80 millions d’euros cette année, pour un chiffre d’affaires de 7,5 millions d’euros. Dans son portefeuille de clients, l'entreprise a récemment ajouté le Centre National d'Etudes Spatiales (CNES), qui représente un budget annuel de 12 millions d'euros, EuropaCorp et l'Institut Pasteur.

  Source : Societe.com

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique