Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Brittanny Ferries veut réconcilier Londres et la France

Après un exercice marqué par le Brexit et une vague d’attentats, la compagnie maritime basée à Roscoff (Finistère) mise toujours sur la capitale britannique… tout en étoffant sa production annexe.

« Il faut bien le reconnaître : on a traversé une période difficile », concède Florence Gourdon, responsable marketing et communication de Brittanny Ferries.

L’instabilité liée au Brexit pour le marché anglais – qui représente 80% du total de la clientèle de la compagnie – et les attentats de Londres en 2017 ont réduit le nombre de passagers de la compagnie à hauteur de 5% sur les liaisons transmanches. « Heureusement, on s’est rattrapés sur les lignes reliant l’Espagne et l’Irlande (+5%) », précise Florence Gourdon. Mais la compagnie de ferries, qui a un pôle tour-operating, n’abandonnera pas Londres, sa destination phare, bien au contraire.

A la reconquête de Big Ben…

Après avoir perdu 10 à 15% d’activité sur Londres, Brittany Ferries veut repartir du bon pied. « Nous sommes à la reconquête de la destination », assume Florence Gourdon. Au printemps, la compagnie lancera un site « inspirationnel » dédié à la ville. « On y trouvera des idées de citybreak, des bons plans, des bonnes adresses… On est convaincu que Londres est une ville incroyable qui, au-delà des incontournables, se renouvelle continuellement ».

Toute une série de prestations seront réservables directement sur le nouveau site internet. Des forfaits de traversée en ferry, transferts entre Portsmouth et Londres et hébergements dans la capitale anglaise seront mis en lumière, comme les excursions proposées par la compagnie. « L’un de nos plus gros succès, par exemple, c’est la visite du studio Warner Bros, sur les plateaux de tournages d’Harry Potter », précise Florence Gourdon.

« Le cours de la livre est très bas, ce qui impacte les habitudes de voyage des Anglais. A l’inverse, ce taux est profitable aux Français, qui bénéficient d’un meilleur pouvoir d’achat de l’autre côté de la Manche », poursuit-elle, voyant une opportunité à saisir pour qui voudrait découvrir Big Ben. Brittanny Ferries, qui réalise 36% de son chiffre d’affaires en B2B, réorganise des éductours en Angleterre. « Les agents de voyages sont évidemment des partenaires stratégiques qu’on doit accompagner ».

… avant la livraison d’un nouveau navire

En complément de son offre londonienne, Brittany Ferries propose aussi des itinéraires en Ecosse, en Irlande ou encore au Pays de Galles, la nouveauté de la saison 2018. « C’est une destination méconnue, qui offre un beau compromis entre tous ses paysages. Notre autotour qui va de Cardiff au nord du pays est vraiment un beau produit », promet Florence Gourdon. Une nouvelle production qui sera portée par une nouvelle brochure plus technologique. En effet, grâce à l’application Snap’n’see, qui permet de scanner la brochure, les clients pourront découvrir des petits films sur les destinations, des cartes maritimes ou des monuments en 3D, …

« Brittanny Ferries est en cours de digitalisation depuis deux ans et nous poursuivrons dans cette voie », annonce Florence Gourdon. Une modernisation qui accompagnera aussi la livraison du prochain navire de la compagnie, le Honfleur, en 2019. D’une capacité de 1680 passagers, il sera positionné entre Caen-Ouistreham/Portsmouth, l’axe le plus utilisé par les clients de la compagnie. Il sera le 11ème navire de Brittanny Ferries.

La compagnie bretonne est donc sur le chemin de la reprise, même si les chiffres consolidés de l’exercice 2017 seront seulement connus après la prochaine assemblée générale de l’entreprise, qui se tient le 23 février. En 2016, elle a enregistré un chiffre d’affaires de 454,9 millions d’euros (+5,2%), pour 2 676 500 passagers (+3%).

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique