Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Avec Google, Ouibus prend le chemin de la data

Les usagers des cars Macron privilégient le prix et la dernière minute, selon une analyse conjointe de Google et de Ouibus.  

Ouibus et Google collaborent afin d’analyser les données clients recueillies par le moteur de recherche. Quelques jours après le rapport de l'Arafer, ils ont dressé le bilan de leur analyse.

La première grande indication est l’"extrême saisonnalité du marché, explique Roland de Barbentane, le PDG de Ouibus. L’exemple concret, ce sont les sports d’hiver. Cette année, on est passé de 5 à 25 lignes pendant les vacances hivernales, ce qui a cartonné." A charge pour les entreprises de constamment adapter leurs offres, leur main d’œuvre, et l’utilisation de leur flotte d’autocars.

D'autres indicateurs sont à surveilller, explique le dirigeant de Ouibus. "Il y a bien sûr les données des moteurs de recherche, les statistiques de l’Insee, mais aussi les requêtes les plus nombreuses chez nos concurrents comme Blablacar."

Pas de préférence dans le moyen transport

"On peut très facilement observer comment les consommateurs achètent leur transport", rappelle Clément Eulry, le directeur Tourisme et Transport de Google France. Est-ce en tapant le nom d’une marque, un trajet spécifique, ou un moyen de transport ? Le constat est sans appel. Près de la moitié des usagers digitaux n’expriment pas, a priori, de préférence pour un moyen de transport.

"Les voyageurs sont de plus en plus ouverts aux différents modes de transport possible", confirme Roland de Barbentane. Si les clients choisissent le bus, c’est à 89 % pour le prix, 44 % en fonction des horaires, et à 42 % pour les destinations proposées.

Des réservations de dernière minute

Autre facteur, intimement lié au précédent, l’extrême tardiveté des réservations. "40% de nos ventes sont effectuées dans les dernière 24 heures." Pourtant, en France, un consommateur "met en moyenne 58 jours pour réserver un voyage", contrebalance Clément Eulry. Ce qui oblige les compagnies à ouvrir leurs réservations jusqu'au dernier moment sur Internet, qui concentre plus de 90% des réservations.

Toujours plus de trajets demandés

Nombre de consommateurs ont reproché aux compagnies de ne proposer que des lignes radiales. "Ce qui n'est pas exact, se défend Roland de Barbentane. Certes, ont prend en compte les demande les plus importantes des clients, mais nous dévellopons aussi d'autres lignes, comme Brest-Clermont Ferrand que nous venons de créer." Des lignes transversales enregistrent de fait de fortes croissances.

%%HORSTEXTE:1%%