Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

A. de Mendonça : « Nous avons très fortement réduit les pertes de Fram »

Où en est le soldat Fram, trois ans après sa reprise par LBO France et Karavel/Promovacances ? C’est à cette question centrale que répond la conversation du mois du magazine.

L’Echo touristique a mené une interview à quatre voix, avec Alain de Mendonça, PDG de Fram, et sa garde rapprochée : Frédéric Granel, DGA, ainsi que France-Line Michon, directrice des ventes, et Fabien Cadio, directeur commercial groupes B2B. Extraits choisis.

L’Écho touristique : Fram a connu des changements au niveau de son actionnariat et de sa direction depuis 2015. L’heure est-elle dorénavant à la stabilité ?

Alain de Mendonça : Il n’y aura a priori plus de changement, sinon cela signifierait que je partirais, or ce n’est pas prévu à l’heure actuelle (rires). Ce qui compte pour une entreprise, c’est la stabilité du projet industriel. Depuis trois ans, malgré le changement d’équipe, nous maintenons le même cap, pour redonner à Fram une place importante sur le marché français. Nous sommes une vraie alternative, notamment avec nos clubs francophones Framissima. Notre concept est différenciant, et nous le faisons évoluer.

Frédéric Granel DGA de Fram, Alain de Mendonça PDG, Fabien Cadio directeur commercial groupe B2B, France-Line Michon directrice des ventes.

En 2018, le CA atteindra 180M€ avec Plein Vent, soit une croissance de 20% à 25%. Fram affichait 395M€ en 2006. Pensez-vous un jour retrouver cette volumétrie ?

Frédéric Granel : En 2006, le chiffre incluait le vol sec, le business travel, les filiales hôtelières. Il faut toujours être prudent avec les données historiques.

Alain de Mendonça : Nous n’avons pas d’objectif de chiffre d’affaires. Notre projet, c’était de reprendre une marque en grande difficulté, et de redresser l’entreprise. Nous avons voulu relever ce challenge, alors que le marché était prêt à laisser tomber Fram. Nous sommes en passe de le relever. Dans les grands chiffres, nous avons réduit de 80% les pertes après 30 mois.

En termes de distribution, « la reconquête » des agents de voyages était l’une de vos priorités. Mission accomplie ?

Alain de Mendonça : Oui, progressivement, nous avons reconquis les agences, qui ont vu nos investissements dans la techno et la modernisation de la marque. Les agences tierces représentent 73 % des ventes, contre 15 % pour les Ambassades. Nous sommes revendus par tous les réseaux, sauf Leclerc Voyages.

Vous venez de lire un sixième de l’interview d’Alain de Mendonça et son équipe. Retrouvez l’interview complète dans le magazine du mois de novembre 2018. Propos recueillis par Linda Lainé et Florian De Paola

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique