Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France creuse ses pertes

Le groupe affiche un résultat net négatif de 809 ME sur 2011 suite à la hausse du prix du carburant et aux pertes sur son réseau moyen-courrier. Les mesures annoncées ne permettront pas un retour à l'équilibre avant 2013.

809 millions d'euros de pertes pour un chiffre d'affaires en hausse de 4,5% à 24,36 milliards d'euros… En 2011 Air France-KLM a souffert « d'une conjoncture incertaine combinée à une forte augmentation du prix du pétrole » a expliqué son président, Jean-Cyril Spinetta. Deux éléments qui vont continuer à affecter les résultats du groupe dans les années à venir. Au premier semestre 2012, Air France s'attend ainsi à une perte d'exploitation supérieure à celle de 2011, soit plus de 540 millions d'euros, avant une « amélioration » au deuxième semestre grâce aux premiers bénéfices du plan « Tansform 2015 ». Mais sur l'ensemble de l'année 2012, les analystes anticipent une perte opérationnelle de près 458 millions en 2012.

 

LE PRIX DU CARBURANT PLOMBE LA DETTE D'AF

 

Pour redresser la barre, Air France-KLM a initié un plan triennal visant à améliorer la productivité du groupe et à revenir à l'équilibre sur l'activité moyen-courrier (700 millions d'euros de pertes sur 2011) dès 2013. Au programme, un gel des salaires, une croissance modérée de l'offre, la baisse des investissements ou une amélioration de « 20% de l'efficacité économique » grâce à la « flexibilité de modes opératoires »… Un dossier sensible qui passera par une renégociation des accords collectifs au mois de juin, voir plus. Alexandre de Juniac a annoncé qu'il était « encore trop tôt pour parler de suppressions d'emplois ». La CGT Air France, de son côté, a expliqué que le court et moyen courrier était sous « haute pression ». D'après le syndicat, la direction aurait évoqué « la probabilité de création d'une filiale spécifique dédiée » à ces opérations.

Au total, si les deux phases du plan « Transform 2015 » sont menées à bien, elles devraient permettre de réduire la dette du groupe de deux milliards d'euros en 2014 et de baisser de 10 % le coût unitaire par siège, hors carburant. Un carburant qui reste pourtant l'un des principaux problèmes dans le secteur, et pour Air France. En 2011, la facture sur ce poste a progressé de 16,3 % à 6,4 milliards d'euros, soit environ 25 % du chiffre d'affaires. Et elle devrait s'alourdir d'1,1 milliard cette année, « sur la base d'un baril entre 110 et 120 dollars », a expliqué Philippe Calavia, directeur financier du groupe. Si la compagnie peut renforcer sa compétitivité grâce à des restructurations, elle a en revanche peu de solutions face à ce « facteur exogène ». La modernisation de sa flotte et des procédures a permis d'atteindre à une consommation moyenne de 3,7 litres/passager/km, chiffre honorable dans le secteur, mais Air France doit réduire ses investissements dans de nouveaux appareils afin de réduire sa dette.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique