Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Résidences de tourisme : un bilan positif pour l’été

Le nouvel observatoire de l’activité des Résidences de Tourisme conçu par la société G2A* pour le SNRT vient de délivrer ses premiers résultats sur l’été 2021.

Beaucoup d’indicateurs au vert, et un qui s’affiche en rouge vif : ainsi peut-on résumer le bilan estival publié par le SNRT. Du côté des bonnes nouvelles, dans ce contexte sanitaire encore très compliqué, des performances à la hausse pour beaucoup d’opérateurs. Sur le littoral, le taux d’occupation grimpe de 8 points sur l’ensemble de la saison (6 mois, du 1/5 au 31/10). Autre signaux positifs : mai et juin se sont rapprochés des scores de 2019 et en juillet et août, les résidences de tourisme du littoral ont connu cinq semaines à plus de 90% de taux d’occupation contre seulement 3 en 2020. Toutes les côtes ont profité de l’afflux des clients, en Méditerranée et sur l’Atlantique, souligne l’étude, et les perspectives s’annoncent favorables pour la fin de saison.

En montagne, le taux d’occupation est à l’étale, à -0,4% sur les six mois. La saison est donc comparable à celle de 2020 qui avait été très bonne en montagne, analyse le SNRT. Les Pyrénées ont cette année connu les plus fortes hausses (Hautes Pyrénées et surtout Pyrénées orientales), remarque également le SNRT. 

En termes de profils de voyageurs, sans surprise, la clientèle a été essentiellement française cette année, avec toutefois un retour notable des clientèles européennes de proximité, belges, néerlandais, allemands. Mais les Britanniques et les Italiens restent les grands absents de cette saison, rapporte le SNRT.

-40% à Paris et dans la région parisienne

La tendance à la réservation de toute dernière minute s’est un peu émoussée par rapport à l’an dernier. « En 2020 les réservations étaient arrivées en ultra dernière minute, à partir du 15 juin, rapporte le SNRT. Cette année les touristes ont anticipé. Les réservations ont commencé dès le week-end de Pentecôte et ont été assez linéaires, avec 5 points d’avance en moyenne par rapport aux courbes de réservation de 2019 ». De quoi offrir aux pros un peu plus de visibilité sur la saison et sur leur organisation.

« Ces bons niveaux d’activité redonnent le moral aux exploitants de montagne qui avaient globalement perdu 80% de leur CA l’hiver dernier », se réjouit le SNRT.

Mais les villes, elles, font toujours grise mine, dans l’attente d’un réel redémarrage de l’activité affaires et de l’événementiel, et du retour des clientèles étrangères. Les destinations urbaines continuent de souffrir, et particulièrement Paris et la région parisienne qui ont toujours environ 40% de retard sur les taux d’occupation.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique