Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’Inde du Sud de plus en plus proche

Après Madras et Bombay, Bangalore est accessible en direct de Paris. De fortes perspectives s’ouvrent pour cette destination de tourisme et d’affaires, et pour l’Inde du Sud en général.

Avec un taux de croissance à faire pâlir l’Europe, l’Inde devient un marché de choix pour le transport aérien. Le trafic devrait doubler d’ici à 2010, avec 100 millions de passagers ! C’est l’Inde du Sud qui est sous les projecteurs depuis quelques mois, avec des villes comme Bombay, Madras et Bangalore.

British Airways a ainsi quasiment doublé le nombre de ses vols directs entre Londres-Heathrow et les grands aéroports indiens cet hiver. Air France a ouvert le 30 octobre une ligne pour Bangalore (la Silicon Valley indienne), à raison de cinq vols hebdomadaires. Les premiers chiffres sont à la hauteur des espérances, avec près de 80 % de taux de remplissage en décembre (65 % en classe affaires). Nous prévoyons d’ajouter une fréquence par an pour aboutir à un vol quotidien en 2007, précise Jean-Louis Pinson, DG Asie-Pacifique. La compagnie propose au total 26 vols directs vers quatre destinations indiennes, dont trois dans le sud du pays : Bombay, Madras (en partage de codes avec Delta) et Bangalore. De son côté, Lufthansa a signé un accord avec Air India pour renforcer ses liaisons vers Bombay, Madras et Bangalore. Autant de bonnes nouvelles pour les TO, qui vont pouvoir s’appuyer sur cette offre pour développer des circuits en évitant les trop longs trajets, et diversifier leur offre, encore largement cantonnée au Nord.

Temples, palais, tigres et éléphants sauvages

Bangalore devient une porte d’entrée ou de sortie intéressante et nous proposons désormais cette ville dans notre brochure A la Carte. De là, on peut rejoindre Mysore ou Hassan (Chikmagalur) ou même Madras en train, se félicite Kris Van Goethem, chez Kuoni. Dans la campagne reculée du Karnataka (région de Bangalore), les voyageurs peuvent découvrir les vestiges des premiers royaumes, qui racontent l’épopée hindoue. La route qui mène à Mysore, une centaine de kilomètres au sud, coupe quant à elle à travers des champs de riz et de coton, pour s’enfoncer au coeur même de l’Inde. Dans les grandes forêts proches se trouvent encore des tigres et des éléphants sauvages…

Pour sa part, Asia propose un itinéraire de 4 jours dans le sud de l’Inde (De stuc et de pierre) qui relie le Kerala et le Karnataka par la route de Mysore, avec au programme temples et palais aux fresques colorées. L’itinéraire démarre à Cochin, ville au riche passé colonial, et se termine à Bangalore. Nous programmons également dans notre brochure Tentations un circuit intitulé Temples et Epices, à travers le Tamil Nadu, le Kerala et le Karnataka, les trois grands Etats du Sud, avec entrée à Madras et sortie par Bengalore, commente Yannick Barde, chef de produits du TO, qui envoie plus de 3 000 clients en Inde chaque année. Enfin, Voyageurs du Monde a ajouté dans son catalogue une page Vous arrivez à Bangalore, vitrine du sud/centre du pays. Mais pour l’instant, la ville intéresse surtout la clientèle d’affaires, attirée par les entreprises high-tech indiennes, nuance Bruno Bara, responsable de Voyageurs en Inde.

Le Kerala à Paris

A l’Inde désormais de mettre en valeur ses atouts pour convaincre clients et agences de découvrir le Sud, l’occasion d’un second voyage après le classique circuit dans le Rajasthan. Plusieurs initiatives vont dans ce sens. Ainsi l’OT du Kerala organise un workshop le 31 janvier à Paris (Millenium Hôtel, bd Haussmann) pour dévoiler ses charmes. Et la chambre régionale Nord du Snav organise son prochain congrès à Bengalore, du 10 au 14 mars.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique