Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Accor acquiert la start-up française Wipolo

Le groupe hôtelier, qui a prévu d’investir 225 millions d’euros dans le digital sur cinq ans, vient d'annoncer le rachat d'une application mobile.

Accor a profité de son "digital day" à Londres pour officialiser l'acquisition de Wipolo, une application qui permet de centraliser ses informations de voyage sur son mobile.

Tous les renseignements liés aux réservations (hôtels, vols, locations de voiture) sont consultables à destination depuis son smartphone, en mode déconnecté, comme l'adresse de l'hôtel à montrer au taxi par exemple. Des notifications alertent aussi le voyageur d'éventuelles perturbations.

Wipolo vise tant la clientèle loisirs que les voyageurs d'affaires, d'où sa mise à disposition sur iOS, Android, BlackBerry et Windows Phone. En complément de son côté pratique, le social est son autre dimension forte. Créée en octobre 2008, la start-up française a fait partie des 60 partenaires du réseau social lors du lancement début 2012 de l'Opengraph 2.0.

Se battre contre et avec les OTAs

Accor a décidé de placer le digital au cœur de sa stratégie, et d'être "mobile first". "Il faut accompagner le client, avant, pendant et après son séjour", ont martelé d’une même voix Sébastien Bazin et Vivek Badrinath, respectivement PDG et DGA d’Accor. Aujourd'hui, 12% des réservations directes en ligne proviennent du mobile, et l'objectif est d'atteindre 40% dans 4 à 5 ans.

Le groupe hôtelier français prévoit un plan d’investissement de 225 millions d’euros dans le digital, entre 2014 et 2018. Une stratégie qui vise aussi à contrer les pure players.

De nouveaux acteurs "changent les règles du jeu" et "perturbent les chaînes de valeur traditionnelles", a relevé Sébastien Bazin, le PDG d'Accor, lors de son digital day ce 30 octobre à Londres. Et de citer Airbnb, HomeAway, Booking, Expedia, les comparateurs, sans oublier TripAdvisor.

Evoquant les acteurs du CtoC, Sébastien Bazin a ajouté : "Nous nous battrons contre eux", ces acteurs du tourisme de particuliers à particuliers qui "vont vite et génèrent des volumes". "Nous sommes prêts à relever ce défi”, a-t-il assuré face à un public d’une centaine d’analystes, d'investisseurs et de journalistes. En toute décontraction, pieds nus sur la scène…

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique