Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyages : 10 tendances qui vont marquer 2021

Après avoir décortiqué des études et multiplié les interviews, nous partageons les 10 tendances qui, selon nous, vont marquer l’année 2021.

1. Voyager… dès que possible

L’envie de voyager est là, puissante. Dès que les frontières s’ouvrent, dès que les restrictions tombent, les Français pensent à boucler leurs valises. Il suffit pour s’en convaincre d’observer les tendances des fêtes de fin d’année. Les Antilles françaises, La Réunion, la République Dominicaine ou encore les Maldives ont enregistré un bond pendant les fêtes, au lendemain de l’annonce du déconfinement.

2. En France, mais pas que

S’achemine-t-on vers une troisième vague ? Les Français craignent la gueule de bois après la trêve de plusieurs restrictions pendant les fêtes. De nombreux pays voisins ont décidé de reconfiner, au moins pendant les fêtes. Dans ce contexte, les Français pourraient décider de rester en France (destination choisie par 94% des partants lors de l’été 2020). Et ce, faute de pouvoir aller à l’étranger ou bien par peur de nouvelles restrictions décidées sans grand préavis par les destinations du monde entier. Mais, privées pour un grand nombre de voyages à l’étranger en 2020, ils seront aussi tentés de quitter leur pays afin de « se rattraper » en 2021. Notamment en Europe, souvent plus rassurant que le long-courrier.

3. L’appel de la nature

Loin des foules. Échaudés par la pandémie, les voyageurs sont moins attirés par les grandes agglomérations et destinations, relèvent plusieurs études. « Ce sont les lieux moins peuplés et situés hors des villes qui sont les plus en vogue », explique un communiqué d’Airbnb sur les dernières vacances scolaires. En témoignent les trois destinations les plus tendances en nombre de recherches, d’après la plateforme de locations saisonnières : le village du Cros en Occitanie, Senones dans le Grand-Est, et Pénestin en Bretagne. Qui l’eut cru ? Les hôteliers des grandes métropoles, qui souffrent aussi de la chute de la clientèle affaires, ont du souci à se faire.

4. La sécurité sanitaire avant tout

Les voyageurs français (77%) prendront plus de précautions pour se protéger du coronavirus, d’après une étude Booking.com. Et 40% favoriseront les compagnies aériennes, les aéroports et les hôtels ayant des normes de santé et de sécurité plus élevées, selon une étude d’Amadeus, Rethink Travel Global Survey Reports. Les destinations et les acteurs du voyage l’ont vite saisi, il faut rassurer sur le plan des protocoles et des mesures permettant de limiter la propagation du virus. Pays mais aussi compagnies aériennes sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à exiger des tests PCR négatifs. Certains parient sur un véritable « passeport sanitaire » qui serait demain imposé aux voyageurs. Pour les voyageurs d’affaires et leurs employeurs, la sécurité sanitaire, et l’accès à des données permettant de la mesurer, seront déterminants.

5. La démocratisation du sans-contact

Afin d’optimiser cette sécurité sanitaire, le sans-contact va s’accélérer dans les aéroports, les transports, les hébergements. La technologie qui le facilite, du check-in au paiement, donne confiance aux voyageurs. Le mobile renforcera son rôle de couteau suisse. Disposer d’une application délivrant des alertes sanitaires, par exemple en cas de nouvelles restrictions, est également plébiscitée par les voyageurs.

6. Le recours à un agent de voyages

« La pandémie n’a fait que souligner le rôle essentiel des agents de voyages », souligne aussi Amadeus. Rapatriement, obtention d’un remboursement, conseils, informations sur les restrictions (tests, quarantaines…) : les professionnels du voyage capables d’accompagner le client tout au long de son parcours peuvent gagner leur fidélité. 40% des voyageurs internationaux attendent de leur agence de voyages qu’elle soit présente pour résoudre les problèmes et fournir davantage de recommandations, estime le fournisseur technologique.

7. La flexibilité, un argument-clé

Environ 46% des voyageurs jugent indispensable que leur prochain séjour soit remboursable, d’après une étude Booking.com publiée en 2020. « Nous allons tous avoir des conditions d’annulation d’une grande flexibilité sur 2021. Ce qui permettra au client de récupérer 100% des sommes, même en cas d’annulation de son propre chef. Ce sera un vrai levier commercial », explique Guillaume Linton, PDG d’Asia. Pouvoir annuler sans frais, c’est une demande très forte des clients que Google a d’ailleurs ajouté comme filtre. Des assurances, plus vendues que par le passé, permettront également de rassurer le touriste. Les agences de voyages doivent d’ailleurs rappeler que le système des avoirs a pris fin : un voyage à forfait annulé en 2021 à cause de la pandémie sera remboursé dans les 14 jours.

8. Dernière minute

Confinement, déconfinement, reconfinement. Fermeture puis réouverture des frontières. Tous ces « stop and go » qui ont ponctué l’année 2020 ont encouragé les voyageurs à se décider au dernier moment. Même sur des destinations lointaines. Ce sera l’une des grandes contraintes avec lesquelles les acteurs du voyage devront composer. Le manque de visibilité a rarement été aussi fort, ce qui est une épine dans le pied des entreprises disposant de stocks périssables (transporteurs, hôteliers propriétaires…). Et incite les destinations à une grande agilité en termes de communication afin de stimuler les indécis dès lors qu’il est possible de voyager.

9. Limiter son impact

La pause forcée créée par la pandémie a donné aux voyageurs (et à l’industrie) du temps pour réfléchir à la façon dont nous nous déplaçons – pour les loisirs, la famille et le travail. 63% des voyageurs attendent de l’industrie qu’elle propose des options plus durables, d’après l’étude de Booking.com. Les Français sont plus nombreux que jamais à vouloir réduire leur impact sut la planète. Quitte à voyager moins souvent, mais plus longtemps. Retombées pour les populations locales, des voyages plus respectueux de l’environnement, des transports plus doux font partie des attentes croissantes. En 2021, l’avion aura toujours (assez) mauvaise presse, même si les compagnies aériennes investissent pour moins polluer.

10. Travailleur nomade

La pandémie a accéléré l’essor du télétravail. Les destinations l’ont bien compris. La Barbade a d’ailleurs développé un visa de « nomade numérique », qui permet travailler depuis le paradis pendant un an. D’autres territoires lui ont emboîté le pas, souligne l’étude d’Amadeus, comme les Bermudes, Anguilla, la Géorgie, Dubaï et l’Estonie. Dans ce contexte, pas étonnant qu’Airbnb et Accor s’intéressent vivement aux locations longue durée. C’est l’expression du « workcation », ou du « teletravel ».

Toutes les tendances de voyage seront décortiquées lors du Forum mondial A World For Travel. Cet événement mondial, qui se penchera sur le tourisme de demain, se déroulera les 10 et 11 mai à Evora (Portugal).

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique