Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vers une arrière-saison en or

Les professionnels s’attendent à un excellent mois de septembre, après un mois d’août sans éclat. L’effet petits prix joue à plein et profite à tout le monde, clients comme producteurs.

«Je n’ose pas le dire, tellement la progression est forte, sourit Line Baudu, directrice générale de Lagrange Vacances. Au 24 août, nos ventes pour septembre étaient en hausse de 25 % en nombre de dossiers et de 27,5 % en chiffre d’affaires par rapport à l’an dernier à la même date. Et le chiffre d’affaires déjà engrangé pour septembre correspond à 20 % de celui de juillet, contre 16 % en 2009. » Une croissance d’autant plus remarquable que septembre 2009 avait déjà été un excellent cru. Et le spécialiste des locations de vacances n’est pas le seul à constater cette belle envolée. Chez Carrefour Voyages, on annonce ainsi plus de 20 % de croissance des ventes, chez Fram autour de 10 %…

UN ARGUMENT « PRIX » DÉCISIF…

Raisons de cet engouement ? « Elles sont difficiles à analyser, commente Isabelle Cordier, directrice générale de Carrefour Voyages. Le mauvais temps du mois août a peut-être conduit certains à repousser leur départ. De plus en plus de personnes ont d’ailleurs tendance à fragmenter leurs vacances, en partant un peu en juillet, puis un peu en septembre. Il est possible, aussi, qu’on bénéficie des reports de voyage des clients qui ont annulé leur départ lors de l’épisode du volcan en avril. » Et les conditions climatiques clémentes de l’arrière-saison 2009 auraient encouragé ceux qui en ont bénéficié à renouveler l’expérience cette année, complète Line Baudu. Mais plus que tout autre, c’est l’argument « prix » qui reste décisif. Les tarifs en septembre peuvent être deux à trois fois plus bas qu’en août, ce qui évite aux producteurs et hébergeurs de devoir brader à tout va pour remplir. « On ne fait jamais de promotions en septembre, car les prix affichés suffisent déjà à stimuler la demande », estime Line Baudu. Les clients ont, en revanche, tendance à réserver plus tardivement, quasiment assurés de trouver de la disponibilité. Pour se mettre à l’abri de ces dernières minutes, Marmara a, dès le printemps, misé sur les early bookings. « La mécanique fonctionne de mieux en mieux et permet de remplir les ailes de saison très tôt, explique René Thibaut, le directeur commercial du TO. Cette année, en outre, nous constatons le retour en force des groupes sur cette période, qui permettent de remplir les avions. » Mais vendue bien moins cher que le coeur des vacances estivales, l’arrière-saison est-elle rentable pour les professionnels ? « Oui, reprend René Thibaut, septembre et octobre sont des mois qui contribuent aux résultats du groupe, ce qui n’est pas le cas de novembre ou janvier. » Idem chez Carrefour Voyages ou Fram, où le mois de septembre produit environ la moitié du chiffre d’affaires d’un mois d’août.

… ET DES PRODUITS DIFFÉRENTS

Reste que l’arrière-saison est condamnée à générer des paniers moyens plus faibles qu’en plein été, en raison, aussi, de la typologie de la clientèle. Traditionnellement, septembre est en effet le mois des couples : les seniors et, de plus en plus, les jeunes ménages. « Ce sont donc surtout les petits appartements qui sont demandés, confirme Line Baudu, et principalement dans le Sud, sur les littoraux ou dans l’arrière-pays. Dans nos résidences du Var, par exemple, on va tourner autour de 95 ou 97 % de remplissage. » À l’étranger, c’est la Méditerranée qui, comme en juillet et août, pousse les ventes : la Grèce et ses îles (étonnamment préservées cet été, malgré la crise que traverse le pays), la Turquie, les Baléares… Mais les produits sont différents. « Alors qu’au coeur de l’été, les vacances en club représentent l’essentiel des ventes, analyse René Thibaut, on retrouve en septembre une typologie plus équilibrée, avec le retour d’une demande de circuits, de séjours thalasso ou d’hôtels 5*. »