Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Tour-opérateurs, une reprise toujours fragile

Avec des ventes de forfaits en hausse de 6,5 %, l’exercice 2004-2005 a confirmé la reprise chez les tour-opérateurs, mais avec des signes d’essoufflement dès l’été, préfigurant une année 2006 mitigée.

Le baromètre annuel de l’association de tour-opérateurs/ Ceto, réalisé en collaboration avec le bureau d’études Wes, fait apparaître pour l’exercice 2004-2005 (1er novembre-31 octobre) une jolie progression des ventes de forfaits. La première depuis longtemps ! La cinquantaine de voyagistes membres (représentant 80 % du marché) a fait voyager, au cours de la période, 4,94 millions de clients en forfaits (sur un total de 6,54 millions de passagers, vols secs inclus), soit une progression de 6,5 % par rapport à l’exercice précédent. L’embellie se confirme donc pour la deuxième année consécutive (+3,5 % en 2003-2004), rompant avec la spirale négative engagée en 2001. Certes, cette performance est en deçà des résultats de 2000 (+7,4 %) et constitue même une petite déception, notamment à cause de la contre-performance de l’été 2005. Après une progression hivernale de 5,6 %, les TO espéraient en effet un été à deux chiffres. Mais la croissance au cours du second semestre de l’exercice (1er avril-31 octobre) s’est limitée à 7,1 %, notamment à cause des déboires du Mexique (frappé en juillet et août par des cyclones) et de l’Egypte, en chute libre après les attentats de Sharm el-Sheikh fin juillet.

C’est le moyen-courrier qui a tiré la croissance en 2005, avec 2,76 millions de clients (+11,6 %), tandis que le long-courrier (904 316 forfaits vendus) a nettement accusé le coup (-0,9 %) et que la France (1,28 million de forfaits) a stagné à +2 %. Certaines destinations ont continué à caracoler en tête des ventes, le Maroc notamment, qui passe la barre des 500 000 voyages à forfaits avec un nouveau bond de 21,4 % (+20,1 % en 2004). Même succès pour la Tunisie (+16,7 %, 500 915 clients), qui a confirmé sa reprise. Si l’Egypte est restée en 2005 une locomotive (+20,5 %), le pays des pharaons s’est effondré fin juillet – les attentats ou la psychose autour des vols charters freinant les envies – et ne s’est pas encore redressé.

L’Europe en dents de scie

Autre tube de 2005 et sans conteste la plus belle réussite de ces dernières années, la Croatie a encore bondi de 76 % (80 244 clients à forfaits), préfigurant une ascension à la République dominicaine, constate René-Marc Chikli, président du Ceto, même si 2006 a un peu ralenti l’enthousiasme. Cette envolée s’est moins faite au détriment des habituels poids lourds du bassin méditerranéen qu’en 2004. L’Espagne continentale, qui a revu à la baisse ses tarifs, a en effet retrouvé des couleurs en 2005 (+6 %), tandis que la Grèce, débarrassée de la contrainte des JO, a logiquement progressé de 17,5 % (+5,3 % pour la Crète).

Habituée aux parcours en dents de scie, la Turquie a aussi confirmé sa santé retrouvée (+36,8 %) l’an dernier, avant de chuter à partir de l’automne et de sombrer en 2006. Les sinistrées de 2005 ont été une fois de plus les Baléares (-24,4 %) – en passe d’être rattrapées et sans doute dépassées en nombre de clients par la Croatie – et les Canaries (-20,5 %). L’Italie continentale ne s’en est guère mieux sortie (-17,6 %), les clients se tournant de plus en plus vers Internet pour réserver leurs voyages dans la Botte. Davantage épargné, et cela malgré les attentats de Londres en juillet, le Royaume-Uni s’en est plutôt bien tiré (-0,5 %).

Le Canada échappe aux TO

Le long-courrier a été beaucoup plus à la peine. Sans conteste, 2005 a été l’année du retour en grâce des Etats-Unis (+27,7 %). Mais ils auraient pu encore faire mieux s’ils n’avaient pas manqué de capacités. Et ils ont été lourdement pénalisés par l’affaire des passeports biométriques dès 2006.

La contre-performance du Canada (seulement +7,7 % de ventes de forfaits) est d’autant plus surprenante. Il semble que la destination échappe de plus en plus aux TO, remarque René-Marc Chikli. Situation plus inquiétante pour le Mexique, à partir du second semestre 2005. Bien que touché par deux ouragans en juillet et octobre, le pays a malgré tout tenu le choc, à +14,8 %. Les conséquences de la catastrophe se sont surtout fait sentir début 2006.

En Asie, qui a reculé de 6 % en 2005 pour cause de tsunami, la Chine (+63,5 %) fait figure d’étoile montante. C’est LA destination qui suscite le plus d’espoirs. Le Vietnam, malgré le spectre de la grippe aviaire, est resté lui aussi une valeur sûre de la production (+42,3 %), bien mieux loti que la Thaïlande, le Sri Lanka ou les Maldives, pour cause de tsunami. De l’autre côté du globe, la République dominicaine a confirmé son tassement (-2,8 %), Cuba a poursuivi sa chute libre (-21,1 %) et les Antilles françaises sont toujours sous perfusion (-7,7 %). Bonne surprise en revanche pour le Sénégal, qui s’est stabilisé (-0,5%). Enfin, Maurice demeure une valeur sûre des tour-opérateurs, avec des forfaits à très haute contribution. De quoi susciter de nouveaux appétits, d’autant que l’île sera desservie cet hiver par Corsair…

La Chine, étoile montante, est la destination qui suscite le plus d’espoirs chez nombre de voyagistes

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique