Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TFD cherche un second souffle

L’association modifie son mode de fonctionnement pour récolter de nouveaux fonds et financer des projets de développement dans les pays touristiques.

Après deux années de sommeil, Tourism for Development (TFD)* repart de l’avant. Créée en 1998 pour financer des projets de développement durable dans les domaines de la nutrition ou de l’habitat, avec l’aide des professionnels du tourisme, l’association n’a pas totalement réussie dans sa mission, les sommes collectées demeurant trop faibles (même si 26 projets ont été réalisés, pour un total de 180 000 E, entre 2000 et 2005).

Sous l’impulsion de son nouveau président Michel Daviaud (ex Havas Voyages et Lorus International), elle a donc revu ses sources de revenus. Fini les produits labellisés TFD, sur lesquels les professionnels s’engageaient (théoriquement) à reverser une partie du montant des ventes. L’association sollicite désormais directement une adhésion des entreprises de tourisme, moyennant une cotisation de 0,015 % de leur chiffre d’affaires (avec un plafond de 20 000 E). TFD espère que le soutien officiel du ministre du Tourisme, Léon Bertrand, et de plusieurs organismes (Snav, Ceto, Anae, APS…) permettra de convaincre agences et TO. Les plus gros adhérents sont Afat Voyages et Marsans. Nous espérons attirer quelques autres acteurs majeurs, comme Thomas Cook, Club Med, Selectour, Kuoni ou NF, explique Michel Daviaud.

Des projets très concrets

Parallèlement, TFD entend faire appel à la générosité du public, invité à voyager de préférence avec les professionnels labellisés (ils pourront faire figurer le nouveau logo TFD sur leurs vitrines, dans leurs brochures…), mais aussi à faire des dons aux ONG maîtres d’oeuvre des projets. Pour ce, outre une campagne de communication (négociation d’espaces gracieux dans la presse), TFD prépare un livret explicatif. Il sera distribué au grand public par l’association, dans les manifestations professionnelles.

Là encore pour éviter toute suspicion, une liste de six projets de développement a été établie et y sera présentée (installation de l’eau potable dans 16 villages au Maroc, construction de maisons pour les réfugiés haïtiens en République dominicaine…). L’association a besoin d’au moins 110 000 E cette année (10 % serviront à ses frais de fonctionnement) pour engager ces projets. Elle espère une subvention du ministère du Tourisme et un engagement financier des organismes professionnels pour cofinancer la campagne de communication.

* www.tourismfordevelopment.com ou mdaviaud@noos.fr

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique