Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Tenerife compte sur les Français curieux

« La destination veut sortir du modèle « sol y playa ». Elle devrait bénéficier de nouvelles liaisons et de l’arrivée de certains tour-opérateurs, mais reste dépendante du balnéaire. »

«Les Français sont plus curieux, plus couleur locale. Ils sont moins adeptes des produits de type club », explique Nieves Perdomo, coordinatrice de la promotion internationale pour Tenerife. Pour la destination, qui souhaite s’éloigner du modèle sol y playa, ils constituent une cible prioritaire et le nouveau vol direct bihebdomadaire sur Air Europa, lancé le 4 novembre, paraît idéal pour les attirer. Le budget destiné à la promotion sur le marché français est également en forte hausse depuis l’ouverture d’une représentation en France l’an dernier. Plusieurs éductours, workshop, et challenges de ventes ont été prévus, parallèlement à des opérations ciblant le grand public. L’objectif est de renforcer la notoriété de l’île et de mettre en avant d’autres atouts que le climat et la plage : la nature, avec le parc national du Teide, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, la culture locale et les produits affaires et golf. D’après l’Office du tourisme, la fréquentation des Français devrait de nouveau dépasser la barre des 100 000 cette année, après avoir chuté de 7,86 % en 2009. Leur durée de séjour moyenne, en progression, approche les onze jours, pour des dépenses moyennes de 1 130 E en 2009, contre moins de 1 000 E pour les autres marchés émetteurs. Ils sont comparativement peu nombreux à acheter des packages, autour de 40 %, et plus fidèles. Surtout, leurs motivations sont différentes, avec la température (68,6 %), la mer et la plage (50,6 %), mais aussi la nature (43 % contre 26 % sur les autres marchés).

DES APPROCHES DIVERSIFIÉES

Alison Sampaio, spécialiste de la destination pour Voyageurs du Monde, vend « surtout au Nord, avec des maisons d’hôtes ou des hôtels de charme ». L’hébergement en location et le tourisme rural progressent. Top of Travel, qui lance la destination le 17 décembre au départ de Paris et 14 villes de province, proposera un circuit et une formule en liberté, avec de l’agrotourisme. Mais même en cas de succès, ce type de produit ne représentera pas la majorité des ventes pour le TO, qui compte sur les séjours classiques pour assurer l’essentiel des départs, probablement plus de 7 000. Le produit phare de la destination reste le balnéaire avec Fram, qui revendique une forte progression (30 000 clients aux Canaries, contre 26 000 la saison passée) y compris à Tenerife, mais aussi Nouvelles Frontières, ou Thomas Cook. Tenerife a été un véritable succès avec 50 % de croissance en 2010 « notamment grâce au nouveau club Aquatour, l’exclusivité avec les hôtels Iberostar, ainsi que notre fort engagement aérien sur cette destination », explique le groupe, qui attend une nouvelle progression de 16 % au premier semestre 2011. Pour Tenerife, ce retour à la croissance est une bonne nouvelle, mais ne permet pas de compenser la baisse d’activité sur les autres marchés (- 11% en 2009). Le taux d’occupation des hôtels dans le Nord reste inférieur aux niveaux d’avant-crise, à 60 % dans le Nord et 50 % à Las Palmas. Et les conséquences se font pesantes : le taux de chômage flirte avec les 30 %, les prix baissent et le secteur du BTP est à l’arrêt.

%%HORSTEXTE:1%%