Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Sea, swing and sun dans les golfs-resorts

Maroc et île Maurice : les golfeurs en quête d’hôtels au bord des greens en ont fait leur duo magique du moment. Des destinations soleil, où, contrairement aux Caraïbes, les complexes géants à la mode américaine restent rares.

La planète golf ne parle que de lui : Mazagan, le tout nouveau resort touristique marocain. Le groupe Kerzner a bâti sur ce terrain de 250 hectares au bord de l’Atlantique un complexe qui associe, entre autres, un hôtel 5* de 500 chambres, un centre de conférences, un casino et un golf de 18 trous dessiné par l’un des maîtres du genre, Gary Player, que 67 villas entoureront à terme. Une destination fabriquée ex nihilo dans le cadre de la stratégie de diversification touristique du Maroc. Mais sur le plan strictement golfique, le pays est loin d’être un débutant. Le Palmeraie Golf Resort de Marrakech (2 000 lits et un terrain de 18 trous) ou le Tikida Golf Palace d’Agadir (55 suites au coeur de deux golfs, qui proposent 6 parcours sur 72 trous) étaient déjà des hauts lieux du tee à la menthe. Et l’ouverture, à la fin de l’année, d’un premier hôtel (sous l’enseigne Sofitel) à Mogador devrait contribuer à entretenir l’engouement des Français pour les greens du royaume. La nouvelle station touristique en construction à proximité d’Essaouira est déjà dotée d’un double parcours de 18 trous. Ailleurs en moyen-courrier, l’Espagne et le Portugal sont des classiques des vacances golfiques, Chypre est promise à un bel avenir (l’InterContinental Aphrodite Hills Resort en est l’un des fleurons), mais c’est en Grèce qu’a ouvert fin mai, l’une des principales nouveautés de l’année : Costa Navarino, un complexe érigé sur la côte sud-ouest du Péloponnèse. Un premier parcours de 18 trous, signé Bernhard Langer, ainsi que deux établissements 5* du groupe Starwood, le Romanos et le Westin, seront en service pour cette première saison estivale.

DES PARCOURS DE QUALITÉ SUR L’ÎLE MAURICE

Mais pour putter sur les meilleurs greens, les passionnés ne se limitent pas aux destinations proches. Et ils ont trouvé ces dernières années leur Eldorado à onze heures d’avion de Paris : l’île Maurice. Le pays ne compte pas moins de huit parcours de 18 trous, souvent exigeants et presque tous associés à des hôtels haut de gamme. Dernier venu, celui d’Anahita, sur la côte orientale de l’île, est géré par la marque Four Seasons, qui exploite en bordure des greens 123 villas et résidences de luxe. Le groupe Beachcomber, lui, possède le spectaculaire resort du Paradis, au Morne, installé sur une péninsule de 150 hectares, où les clients sont hébergés dans deux établissements 5*, le Paradis et le Dina Robin (471 chambres et suites au total). Sur la côte Est, le groupe Constance joue la carte du double parcours, le Legend et le Links, golfs de haut niveau qui déroulent leurs greens à deux pas de l’hôtel Belle Mare Plage (256 chambres, suites et villas), tandis que l’hôtel Touessrok exploite le parcours de l’Île aux Cerfs. Au sud de l’île, enfin, le Telfair et l’Awali, établissements du groupe Heritage, sont associés au golf du Château de Bel Ombre. Côté Caraïbes, la République dominicaine fait aussi partie des destinations golfiques qui montent sur le marché français. Cités en exemple, les Resorts de Cap Cana (trois établissements hôteliers, une marina, une plage, un golf de 18 trous en service et un deuxième prévu en fin d’année) ou de Casa de Campo (pas moins de quatre golfs, une marina, un aéroport privé…) incarnent ces complexes géants à la mode états-unienne, auxquels les Français ont longtemps été allergiques. Mais le succès de Mazagan montre que les goûts sont peut-être en train de changer. « Mazagan est le premier véritable resort à l’américaine accessible en moyen-courrier, explique Gilles Nadjar, président du tour-opérateur Golf autour du Monde. La grande interrogation, désormais, est de savoir si ça va plaire durablement. Car le resort change totalement de visage le week-end, avec l’arrivée des joueurs de casino. Certains golfeurs apprécient, d’autres pas du tout. »

D’IMPORTANTS DÉVELOPPEMENTS ATTENDUS EN ORIENT

La prochaine étape sera-t-elle la généralisation du all inclusive, dont sont friands les golfeurs nord-américains ? Dans le bassin méditerranéen, certains complexes le proposent déjà, en Turquie notamment, et la tendance a toutes les chances de se développer, même si les Français n’y goûtent encore guère. Seule certitude : les resorts à succès de demain seront, comme aujourd’hui, au soleil. « Même si le golfeur français rêve d’Irlande, il va toujours au Sud », appuie Daniel Rémiot, PDG du TO spécialiste Greens du Monde. Et c’est en Orient que les plus importants développements sont attendus. « Des resorts ouvrent tous les jours à Dubaï, commente Gilles Nadjar. Mais c’est surtout la Chine qui va exploser. À Schenzen, par exemple, il existe déjà un complexe avec 12 parcours. » Cela peut-il vraiment séduire les Français ? « On va tout faire pour », promet le président de Golf autour du Monde.

Les resorts à succès de demain seront, comme aujourd’hui, au soleil

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique