';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Réussir la transmission de son agence

Il y a davantage d’agences à céder que de candidats à la reprise. D’où l’intérêt, quand c’est possible, d’une transmission à la famille ou aux salariés, gage de pérennité.

Effet boomerang du baby boom, 450 000 entrepreneurs français, parmi lesquels des centaines de patrons d’agences de voyages, vont chercher un successeur au cours de la prochaine décennie. Les experts-comptables ont créé un site spécifique à leur intention(1). De nombreux salons et forums abordent aussi la question et l’APS a publié un intéressant dossier technique fin 2003.

La plupart des propriétaires qui partent à la retraite vendent à un tiers. Mais quand ils le peuvent, ils préfèrent passer le relais à la famille ou aux salariés. Il y a alors moins d’inconnues, les repreneurs n’achetant pas seulement un emplacement ou une clientèle. La pérennité de l’affaire et de ses emplois paraît alors plus sûre et le passage du relais peut être mieux étalé dans le temps. Pour ce type de transmission, encore faut-il trouver les enfants, neveux ou salariés qui aient le bon âge, la formation et l’expérience requises par la fonction, et qu’ils manifestent un esprit d’entreprise, sans peur du risque. Il faut en même temps tenir compte du régime matrimonial et démêler les imbroglios juridiques et successoraux, en particulier pour les familles nombreuses.

Après audit d’évaluation et fixation d’un prix, pensez à explorer les nouveaux avantages fiscaux ouverts dans ce domaine par les lois Dutreil de 2003 et 2005 et Sarkozy de 2004. Le crédit bancaire ou le capital investissement étant difficiles d’accès, le cédant a tout intérêt à aider aussi le repreneur à trouver les montages juridique et financier pour faciliter l’achat.

Former et préparer le repreneur

Dans toutes les étapes de la transmission, il est illusoire de vouloir se passer de conseils et d’accompagnement, en particulier lorsqu’il s’agit de choisir la formule la plus adaptée à la taille et aux performances de l’entreprise, à sa situation juridique et aux repreneurs : donation, vente d’actions partielle, totale ou progressive, constitution d’un holding, cession du fonds de commerce, achat par les salariés ou les cadres, LBO… Enfin, n’oubliez pas que le ou les repreneurs devront être intégrés petit à petit, formés et préparés psychologiquement. Car un bon technicien du voyage n’est pas forcément un bon commercial, un bon gestionnaire des ressources humaines ou un bon stratège.

(1) www.entreprisetransmission.com

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire