Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Rentabilité : les bons élèves conservent leur rang

Quelques distributeurs régionaux, membres de réseaux volontaires, affichent de beaux profits.

Depuis 2002, Voyages Loisirs occupe la première place de notre classement. L’agence de voyages du réseau France Loisirs se permet même d’améliorer sa rentabilité, qui s’est élevée en 2004 à 2,74 % (2,56 % en 2003). Voyageurs du Monde conserve également la deuxième place du podium, profitant de son modèle de distribution intégrée, qui lui permet de réduire ses coûts.

Régulièrement bons élèves, plusieurs adhérents Manor figurent en tête de ce tableau, avec Cap 5 ou Printemps Voyages (11e mais le distributeur a quitté le réseau en 2005 pour rejoindre l’Alliance.T). A noter que Voyages Eurafrique (Manor), qui a cédé sa branche voyages d’affaires à American Express, ne figure pas dans notre classement, faute de chiffres.

Chez les autres réseaux volontaires, quelques bons élèves sont à signaler chez Selectour (De Boüard Voyages, Aliso Voyages, Grand Large Voyages) et Afat Voyages (Génération Voyages, Faure Tourisme). D’ailleurs, les patrons de ces agences occupent souvent des postes clés dans leur réseau respectif. On regrettera enfin, que certains distributeurs refusent de donner leurs résultats (en particulier Carlson Wagonlit Travel) mais aussi Jancarthier Voyages ou Boiloris, chiffres non disponibles auprès des greffes de tribunaux de commerce.

Un accident de parcours

L’événement de ce palmarès reste toutefois Voyages-sncf.com qui grimpe à la troisième place en matière de rentabilité (8e en 2003), affichant le meilleur bénéfice de la distribution (9,5 ME). D’autres agences en ligne pourraient à leur tour dégager des profits dès l’an prochain. Côté grande distribution, si E.Leclerc Voyages confirme ses bonnes performances, Voyages Auchan passe pour la première fois dans le vert alors que Vacances Carrefour, qui a réduit ses pertes, table sur des bénéfices pour 2005.

Enfin, rappelons que Thomas Cook a perdu la bagatelle de 14,4 ME en 2004, alors que le réseau était toujours bien classé lorsqu’il s’appelait Havas Voyages. Un accident de parcours pour ses dirigeants, qui promettent un retour à l’équilibre cette année.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire