Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Oman ou l’Arabie heureuse

Nouvel eldorado haut de gamme du golfe Persique, Oman profite du succès de Dubaï. Même si ses capacités d’hébergement sont encore limitées.

Dans le sillage de Dubaï, le sultanat d’Oman émerge des sables du golfe Persique, attirant chaque année davantage de touristes français : 1 643 en 2002, 2 661 en 2003 et 3 800 en 2004… Les chiffres 2005 ne sont pas encore communiqués mais devraient à nouveau s’afficher en forte hausse.

La France se classe en troisième position des clientèles étrangères, derrière la Grande-Bretagne et l’Allemagne, avec une durée moyenne de séjour de 7 jours. Les actions menées depuis trois ans par l’OT d’Oman à Paris auprès des professionnels et du grand public portent leurs fruits, analyse Dominique Millet, chef de produit Orient chez STI Voyages. Ainsi, l’organisation en mars d’un workshop à Paris, et l’accueil sur place en avril de la huitième convention du Snav Ile-de-France, ont donné l’occasion aux professionnels de découvrir les richesses du sultanat : Mascate, l’ancienne capitale de Nizwa, la route des forts, les palmeraies, les montagnes qui culminent à plus de 3 000 mètres, sans oublier le désert qui occupe les deux tiers de ce territoire de 309 500 km2.

On vient ainsi à Oman, autant pour la plage, que pour les découvertes culturelles et gastronomiques, le contact avec les populations, les balades en 4 x 4 dans les dunes, le shopping dans les souks, les activités sportives comme la plongée sous-marine… L’image d’Oman est désormais installée. Nous allons maintenant travailler avec les agences pour expliquer comment vendre la destination, annonce Rania Khodr, directrice de l’OT, qui lancera une campagne de communication (affichage, internet, presse, agences) en septembre, au début de la haute saison.

Une bonne desserte et déjà un hôtel mythique

Destination haut de gamme, Oman figure désormais dans la production d’une quarantaine de voyagistes comme Asia, Clio, Djos’Air, Kuoni, Déserts, Solea, Jet tours, Mille et Un Soleils, UltraMarina, Clio, Déserts… D’autres TO devraient suivre en 2007, même si les ventes ne dépassent pas encore quelques centaines, voire quelques dizaines, de clients par an. STI Voyages est ainsi passé de 60 pax en 2004 à 150 en 2005, et 110 à ce jour pour 2006. Oman est une destination chère, qui se vend à la carte, en autotour notamment, constate Dominique Millet.

Pour accompagner cette croissance, Gulf Air desservira le sultanat en direct à partir du 2 juillet, à raison de 4 vols hebdomadaires, les lundi, mercredi, vendredi et dimanche. Ils viendront en complément du quotidien Paris-Oman réalisé par la compagnie via Bahreïn. C’est une bonne nouvelle. Cela permettra de proposer des courts séjours, se félicite Catriona Dempster, chef de produit chez Kuoni. Grâce à l’entrée d’Oman dans le catalogue Sables et au succès du Cheddi, l’hôtel mythique, le TO est passé de 100 clients en 2005 à déjà 300 réservations cette année.

Toutefois, l’hébergement reste un problème, avec une faible offre hôtelière et des clientèles anglaises et allemandes qui réservent plusieurs mois à l’avance. Le nouveau Shangri La’s Barr Al Jissah Resort & Spa (un troisième hôtel du groupe est en cours d’ouverture) a permis d’améliorer la situation, mais il est quasiment impossible de se décider à la dernière minute.

La situation devrait s’arranger d’ici 2009 avec plusieurs ouvertures : l’Evasion Hideway & Six Senses Spa 5b, fin 2006 ; le Blue City, comprenant 4 hôtels 5b à Barka ; des éco-lodges de luxe ; sans oublier des resorts à Musandan, Dhofar, Al Batinah… Car préparant l’avenir et anticipant la fin de la manne pétrolière comme à Dubaï, Oman veut tripler le nombre des arrivées touristiques d’ici 2010. Elles s’élevaient l’an dernier à 1,2 million (163 855 visiteurs européens), la moitié provenant des pays limitrophes.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique