Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Océanie

L’Australie retrouve des couleurs, sur fond d’apaisement géopolitique. Les Français plébiscitent aussi la Polynésie, qui bénéficie d’une desserte aérienne stabilisée.

L’Australie retrouve les faveurs des Français, selon Rodolphe Brauner, représentant de l’Office du tourisme d’Australie. Oubliés le Sras et la guerre en Irak, qui avaient grippé la croissance début 2003 : sur la période de douze mois se terminant fin juin 2004, les arrivées touristiques françaises ont bondi de 24 %. Nous avons retrouvé notre niveau historique qui avait été atteint en 2000, avec les Jeux olympiques. Australie Tours est plus nuancé, même si l’été a tenu ses promesses : 2004 ne sera pas un grand cru, lance son PDG Eric Ridet, qui espère modestement reproduire les résultats obtenus en 2003, le dernier trimestre sera décisif compte tenu du nombre croissant de ventes de dernière minute. Et Eric Ridet de regretter le manque de promotion grand public ainsi que l’absence d’un office du tourisme à Paris. Ce n’est en effet pas dans la philosophie de l’Australian Tourism Commission que d’avoir pignon sur rue. L’île continent préfère miser sur les efforts des TO prescripteurs (qui comptent Kuoni comme nouveau venu) et sur son Programme des agents agréés, entièrement en ligne. La France dispose de 183 vendeurs accrédités.

Tahiti conserve un bon potentiel

La Polynésie, l’autre perle de l’Océanie pour les TO français, parie également sur Internet pour former les professionnels. Son programme de labellisation, qui passait déjà par un jour de formation et un éductour, est dorénavant complété par neuf séances de formation en ligne. Après 3,4 % de progression l’an dernier, l’affluence touristique française a légèrement reculé au cours des sept premiers mois, reconnaît Tahiti Tourisme. Air Tahiti Nui, qui travaille avec les principaux TO de la destination, affiche pour sa part une légère hausse : Nous sommes en avance de 2 %, ce qui devrait être la tendance de l’année, indique Jean-Marc Hastings, DG France.

La desserte aérienne vers les îles chères à Paul Gauguin s’est stabilisée. Après la déconfiture d’Air Lib et le retrait de Corsair, Air Tahiti Nui partage (à raison de cinq vols hebdomadaires) la route Paris-Papeete avec Air France. Mieux : la compagnie lance le 31 octobre un code-share avec la SNCF, qui concerne quinze villes de province. Destination balnéaire par excellence, Tahiti a encore du potentiel. Le marché, avec 47 000 Français l’an passé, demeure loin de son score de l’An 2000, qui avait atteint la barre des 60 000.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique