Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Maroc : Mogador pour chasser le doute

« Le Sofitel Mogador Luxury Golf et Spa vient d’ouvrir ses portes, étrennant par la même occasion la station de Mogador, près d’Essaouira, vitrine d’un balnéaire « nouvelle génération ». »

C’est avec quelques mois de retard sur le calendrier prévu que l’hôtel Sofitel Mogador Luxury Golf et Spa a accueilli ses premiers clients, le 1er mars. Avec 175 chambres et suites, 28 villas avec piscines, 4 restaurants, un Spa, 2 piscines et un désormais incontournable So Lounge, c’est le premier Sofitel développé au Maroc depuis le repositionnement de l’enseigne. C’est aussi le tout premier hôtel de la nouvelle station de Mogador, aménagée par Saemog à quelques kilomètres au sud d’Essaouira. La première phase du projet s’étale sur 320 hectares le long d’une plage sauvage bordée d’un cordon dunaire. Le site est magique et Mogador est sans nul doute, des trois stations du plan Azur déjà ouvertes, celle qui offre au royaume chérifien la plus belle vitrine d’une offre balnéaire nouvelle génération : développement intégré, faible occupation des sols, constructions peu élevées, préservation du caractère vierge de la plage… Des jardins filtrants qui traiteront les eaux usées de la station mais aussi de la ville d’Essaouira, figurent parmi les projets phares de Mogador, qui a fait du développement durable son fer de lance. Leur aménagement n’est pas terminé et ce n’est qu’alors que l’inauguration officielle aura lieu (au printemps, assure Saemog). À terme, Mogador devrait accueillir trois autres hôtels de luxe, quatre boutique-hôtels, des résidences, une base nautique, un centre équestre, un musée d’art contemporain… Deux parcours de golf signés Gary Player sont déjà opérationnels et deux autres parcelles ont été vendues aux fonds d’investissement Ahlif et HPartner pour y construire des hôtels qui porteront respectivement les enseignes de Hyatt et Anantara. Pour l’heure, Sofitel annonce des niveaux de réservation normaux « pour une ouverture et une demande importante sur le segment de l’incentive ».

LE ROYAUME CHÉRIFIEN FAIT LE DOS ROND

Autres ouvertures très attendues : celle du Four Seasons à Marrakech, le 1er juin prochain, et celle de Mandarin Oriental, également à Marrakech, toujours en stand by. Le Maroc, qui a récemment présenté un ambitieux plan de développement touristique à l’horizon 2020, poursuit donc la structuration de son offre… et fait le dos rond dans un contexte politique régional chahuté, qui influe sur les tendances des ventes. Après un léger « effet report », positif donc, en janvier et dans une moindre mesure en février, les TO comme les compagnies aériennes ou les propriétaires de ryads observent un certain attentisme de la part des clients ces dernières semaines, terme pudique pour traduire des réservations en chute libre. Et chacun de croiser les doigts pour que le marché retrouve rapidement davantage de sérénité : certains avancent une relation avec les événements libyens, d’autres préfèrent penser qu’il s’agit d’un épiphénomène lié à l’annonce de manifestations le 20 février dernier, donc dépassé, personne ne veut croire à une contamination révolutionnaire qui verrait le pouvoir vaciller : « Le Maroc, c’est différent », est le leitmotiv. L’Office de Tourisme n’a rien changé à sa campagne de communication institutionnelle, qui met Agadir en vedette en BtoC et le balnéaire en général en BtoB tout le mois de mars.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique