Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les Seychelles, d’île en île …

Avec ses kilomètres de plages bordées de rochers granitiques et de palmiers verdoyants, l’archipel de l’océan Indien reste une valeur sûre. Les autorités tentent néanmoins de développer des produits de niche.

Le tourisme est le poumon de l’économie des Seychelles depuis l’ouverture de l’aéroport international de Mahé, en 1971. Avec ses paysages de carte postale, l’archipel a attiré en 2008 près de 160 000 touristes, dont 31 400 Français. Un chiffre stable depuis plusieurs années et qui sera atteint à nouveau en 2009. Au cours des dix premiers mois de l’année, 25 000 visiteurs tricolores ont déjà été comptabilisés, un résultat qui maintient la France au premier rang des marchés émetteurs devant l’Italie et l’Allemagne. Inspirée par l’exemple mauricien, l’opération « Seychelles sans passeport », mise en place du 5 mars au 30 juin derniers, n’a donc pas contribué à accroître le nombre d’arrivées : seulement une douzaine de demandes ont été enregistrées. « Les Seychelles s’adressent aux touristes qui ont l’habitude de voyager », justifie Isabelle Le Strat, chargée de promotion à l’Office du tourisme. La grande majorité d’entre eux découvre l’archipel en voyage de noces, mais la destination tente aussi d’évoluer et de ne plus miser que sur ses charmes balnéaires. Autorités touristiques publiques et prestataires privés veulent aussi mettre en évidence d’autres atouts pour développer des produits de niche (randonnées pédestres, voile, pêche au gros, plongée sous marine…), sans pour autant tomber dans une politique de « tourisme à tout prix ». Mais ils sont conscients que cette diversification doit s’accompagner d’une amélioration des produits et des services. L’ouverture, dans les trois prochaines années, de plusieurs hôtels de chaînes internationales (Shangri La, Raffles, Kempinski…) devrait y contribuer, de même que le renforcement de la formation du personnel, qui manque encore parfois de savoir-faire.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique