Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les seniors, des clients pas si faciles

« Les seniors sont les piliers de la vie économique. Consommateurs avertis, ils refusent les « ghettos », partent plus loin, plus souvent, plus longtemps. »

En 2020, les quinquagénaires d’aujourd’hui auront plus de 70 ans et seront plus de 9 millions. En 2030, un tiers des Français aura plus de 60 ans, un cinquième seulement moins de 20 ans. Au cours des dix prochaines années, l’espérance de vie ne va cesser de croître, et même si l’âge de la retraite va évoluer graduellement, le nombre de retraités va bondir. L’industrie du tourisme va devoir tenir compte de plus en plus de l’évolution de leurs envies. Car les plus de 50 ans figurent parmi les meilleurs clients du tourisme.

Seniors, quinquas ou personnes âgées ?

Le tourisme senior est-il caractérisé par une demande spécifique à laquelle répondrait une offre ciblée ? Oui et non, répond une étude réalisée pour Seniorscopie, présentée le 12 février au cours des rencontres professionnelles organisées par le journal Notre Temps. Il faut dire que le public des seniors est certainement le plus difficile à saisir. D’abord parce qu’il ne recherche pas des produits précalibrés. Ensuite parce qu’il est difficile de le cibler.

De qui parle-t-on : de seniors, de quinquas, de personnes âgées ? On peut, au même âge, être un vieux travailleur ou un jeune retraité, à la fois grand-père et papa tardif d’un jeune enfant d’une famille recomposée. Le départ du dernier enfant (en moyenne à 53 ans) signe souvent le début d’une nouvelle vie.

Très soucieux de la qualité des produits mais hostiles à l’enrôlement, à la suppression de leur liberté de choix, les nouveaux seniors détiennent un pouvoir d’achat de 30 % supérieur à celui d’un moins de 50 ans. Ils représentent une population qui ne se résigne pas à vieillir ou à être considérée comme âgée. Au contraire, ces paby boomers se considèrent pour la plupart à l’aube d’une nouvelle vie, prêts à consommer. Pour preuve : les plus de 50 ans effectuent la moitié des voyages en première classe en avion à l’étranger, ils représentent deux tiers de la clientèle effectuant plus de deux séjours de villégiature par an. Ce n’est donc pas une clientèle d’appoint pour les mois creux, mais un public averti. Ils voyagent 1,5 fois plus en couple que les autres générations.

Sensibles au détail et exigeants sur la prestation

Par ailleurs, la différence avec ces dernières ne se traduit pas uniquement dans le coeur de l’offre, mais aussi dans l’hébergement. Ainsi, un senior pourra s’initier au surf avec ses cadets, mais il préférera un hôtel confortable au camping de la plage. Enfin, se cultiver est une manière de continuer à exister, de donner du sens et du contenu au temps. Les nouveaux seniors développent donc le goût de la découverte ludique, de la transmission de l’histoire et des savoir-faire. Ils comparent les prestations, sont exigeants, sensibles au détail qui fout tout en l’air, peuvent allonger le temps d’une visite et sauter une étape initialement prévue, quitte à se passer d’un bon repas.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique