Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les miles Flying Blue seront utilisables sur Transavia dès mars

La direction d'Air France-KLM n'a pas précisé si sa filiale sera complétement intégrée dans le programme Flying Blue.

C'est un premier pas vers les voyageurs d'affaires et les clients fidèles d'Air France-KLM. La direction du groupe a annoncé, ce 20 février, que les adhérents au programme de fidélité Flying Blue pourront utiliser leurs miles pour acheter des vols Transavia à partir du mois de mars. Le groupe n'a toutefois pas précisé les conditions de cette offre, ni s'il sera possible de cumuler les miles sur les vols Transavia.

Un code-share Air France-Transavia ?

Par ailleurs, Air France pourrait mettre en place un accord de code-share avec Transavia, ce que KLM propose déjà sur certains vols. "Nous y réfléchissons mais on ne s'est pas décidé. On étudie les conséquences commerciales. Mais cela serait rapide à mettre en oeuvre" a précisé la direction. Deux possibilités s'offrent à Air France : un accord de partage global ou un accord sur certaines lignes.

70 lignes au départ de 5 aéroports français

Transavia, qui opèrera plus de 70 lignes au départ de 5 aéroports français cet été, va encore monter en puissance, notamment au départ d'Orly et doit passer de 16 appareils en 2014 à 26 en 2016 (+4 en location). Elle dessert déjà des destinations qui pourraient intéresser les voyageurs d'affaires comme Barcelone, Lisbonne, Budapest, Prague, Istanbul ou Berlin. Et devrait en ouvrir de nouvelles. Mais elle ne propose pas, à la différence d'EasyJet, Vueling et bientôt de Ryanair, de tarifs flexibles. Une possibilité qu'Air France-KLM n'écarte pas.

Le développement de Transavia soumis à l'accord du SNPL

Le développement de Transavia est en effet soumis à l'accord du principal syndicat de pilotes d'Air France, le SNPL. Ce dernier n'a signé qu'un accord temporaire de 6 mois estimant que le développement de Transavia, tel qu’il avait été présenté, n’était pas à la hauteur des enjeux.

Le SNPL, qui estime que la compagnie doit toucher une large clientèle sur le B2C, y compris les voyageurs d'affaires, explique que cette transformation nécessite de revoir la politique commerciale et marketing, notamment en apposant le code AF sur les vols de la filiale, en l’incluant dans le programme de fidélité Flying Blue et en augmentant sa présence sur les GDS.

Transavia affiche un perte d'exploitation de 23 millions d'euros

Par ailleurs, dans le cadre de la présentation des ses résultats annuels, Air France-KLM a précisé que sa filiale avait enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 11,4% en 2013, à 984 millions d'euros. La compagnie a augmenté ses capacités de 11,6%, dont 7,6% aux Pays-Bas et 25,5% en France et le coefficient d'occupation a progressé de 1,5 point, à 90,1%.

Le résultat d'exploitation pour 2013 est toutefois négatif de 23 millions d'euros, dont 4 millions imputables à Transavia France. "C'est est lié à la progressions de l'offre. Lorsqu'on lance une nouvelle ligne, on perd toujours un peu d'argent au début", explique la direction du groupe. Les résultats ont également été impactés par les mauvaises performances sur certaines destinations au sud de la méditerranée et par la baisse des engagements des voyagistes aux Pays-Bas.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique