Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les Maldives en appellent aux touristes

Les voyagistes reprennent leurs ventes pour l’archipel à partir du 16 janvier. Dix-neuf hôtels sur les 87 établissements existants sont fermés pour travaux.

Lundi 10 janvier, le ministère du Tourisme des Maldives appelait les touristes à revenir dans l’archipel, afin de contribuer à sa reconstruction. Si les dégâts liés au tsunami qui s’est abattu sur l’Asie du Sud le 26 décembre sont sans commune mesure avec ceux occasionnés en Indonésie, au Sri Lanka ou en Thaïlande, le pays déplore tout de même une centaine de morts et disparus, la destruction de neuf îles et la fermeture de 19 des 87 hôtels ouverts dans l’archipel. Résultat : le nombre de visiteurs sera en très forte chute au mois de janvier par rapport à janvier 2004. Un coup dur pour ce pays où l’industrie touristique représente plus des deux tiers du PIB, selon l’Organisation mondiale du tourisme.

La tendance est confirmée par les principaux TO présents sur la destination. Entre 30 et 35 % de nos clients ont choisi de reporter leur voyage, mais les annulations, au nombre de 1 500, ont cessé, explique Floréal Gavalda, directeur du tour-operating chez Kuoni. Même son de cloche du côté de TUI ou de Jet tours, où l’on fait état de nombreux reports sur les Caraïbes.

Des voyagistes prudents mais confiants

Tous les TO ne sont cependant pas logés à la même enseigne. Sur les 25 hôtels revendus par Kuoni, 12 restent fermés, certains jusqu’au 30 avril. Tourinter fait état de cinq fermetures, sur une production de 14 établissements. Les deux villages du Club Med de l’archipel n’accueilleront aucun touriste jusqu’à nouvel ordre (celui de Faru, dont le sort était déjà incertain, pourrait même être abandonné) alors que Jet tours ne déplore que deux fermetures (Rannalhi et Velavaru, au sud de l’archipel) sur les 12 établissements programmés.

Pour autant, dès le 16 janvier, les voyagistes reprendront leurs ventes vers les Maldives, conformément à la décision prise par l’Association des tour-opérateurs (voir aussi p. 22). Les deux vols charters directs (Paris-Mahé) hebdomadaires de Star Airlines et Corsair ne reprendront que le 6 février. D’ici là, les clients des TO co-affréteurs (Kuoni, Club Med, Marsans, Jet tours, NF, TUI…) seront acheminés par les compagnies régulières desservant la destination depuis Paris (Emirates, Qatar Airways, et Srilankan Airlines), avec un stop dans leur hub respectif.

Reste à savoir si les touristes français retrouveront rapidement le chemin des Maldives. Kuoni se veut confiant. Les ventes pour février sont bonnes, insiste Floréal Gavalda. Le TO, qui a envoyé dans l’archipel plus de 10 000 clients en 2004, ne déses-père pas d’augmenter de 15 à 20 % le nombre de ses clients sur la destination en 2005. Il existe peu de produits de substitution, à l’exception de la Polynésie, qui est beaucoup plus chère. Isabelle Lacarrau, directrice qualité et service clients chez Jet tours, se veut plus prudente. Nous enregistrons quelques réinscriptions, mais pas avant avril. TUI insiste pour sa part sur la nécessité de communiquer positivement sur la destination, en montrant de belles images. Même si le TO ne sait pas encore s’il va privilégier une campagne grand public ou une communication ciblée vers les agences.

Une chose est sûre, le raz-de-marée qui s’est abattu sur l’archipel devrait enrayer provisoirement la hausse de la fréquentation touristique de ces deux dernières années. En 2004, les Maldives ont accueilli un nombre record de 616 000 touristes, contre 570 000 en 2003 (41 055 Français). Le ministère du Tourisme vient d’ailleurs de geler jusqu’à nouvel ordre les onze complexes touristiques en projet.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique