Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les comparateurs de voyages se bousculent au portillon

Les sites qui aiguillent les internautes vers des agences en ligne et compagnies aériennes se multiplient. Dernier en date : Trabber.

Aquand un comparateur de comparateurs ? Le métier de la comparaison fait tant florès qu’on est tenté de se poser la question ! Une dizaine de sites l’exercent, avec un succès inégal. Ils visent à mettre en relation les internautes et les agences en ligne, voire les compagnies aériennes et autres fournisseurs de prestations touristiques. Ils tirent leurs recettes des revenus au clic et de la publicité. Dernier en date : l’espagnol Trabber, débarqué dans l’Hexagone en septembre.

Dans ce domaine, il y eut les précurseurs. Easyvoyage, VoyagerMoinsCher et Yahoo ! (avec Kelkoo) occupent le terrain depuis plusieurs années. Autres intermédiaires entre les voyageurs et les organisateurs de voyages, leurs concurrents Filfog (Nouvelles Frontières) et WebTour n’ont pas survécu à la bulle Internet. Mais la Toile a du ressort ! Depuis quelques mois, une palanquée de nouveaux comparateurs se bousculent au portillon : Alibabuy, Liligo, Sprice, Kayak ou Trabber. Cette concurrence accrue n’étonne guère Jean-Pierre Nadir, PDG d’Easyvoyage. La comparaison est l’essence même du web, souligne-t-il. Le secteur est très dynamique. Le marché va trancher de lui-même. A terme, il ne restera probablement que trois à cinq acteurs majeurs. La comparaison ne sera pas suffisante pour s’imposer, il faudra se positionner comme un site complet, apportant également du contenu.

Reste que cette recrudescence des comparateurs rappelle qu’Internet ne cesse de créer des générations d’intermédiaires qui, pour Jean-Pierre Nadir, sont avant tout des apporteurs d’affaires, gratuits pour les consommateurs, économiques pour les fournisseurs. Le coût de recrutement d’un client par notre biais est très faible. Il atteint environ 5 %, alors qu’un TO paie jusqu’à 20 % pour la distribution traditionnelle de ses forfaits. Avec 783 000 visiteurs en juillet, Easyvoyage fait partie du top 25 des sites de voyage (source Médiamétrie/ NetRatings).

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique