Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le voyageur et sa folie des écrans

Ordinateur, tablette, mobile : le voyageur est multi-écrans. Comment et pourquoi zappe-t-il ? Les réponses de Next Content, en exclusivité pour L'Echo touristique.

En l’espace de 20 ans, les Français sont passés de 1 à 2 écrans connectés a minima, ce qui a modifié en profondeur leur parcours d’achat de produits touristiques.

D’après l’Observatoire de l'e-tourisme publié par Next Content, qui s’appuie sur une enquête réalisée en mars 2014 auprès de 1200 consommateurs de voyages, représentatifs de la population internaute, 69% des Français disposent d’un smartphone. Et 37%, d’une tablette.

Des produits simples en première ligne

Ces cyber-voyageurs achètent avant tout des nuitées d’hôtels et des billets de train, mais aussi des locations de vacances et des billets d’avion. Le Net leur sert également à glaner des renseignements. Environ 55% des voyageurs internautes ont surfé pour s’informer sur leur destination en France, par exemple.

Mais le pouvoir de conviction passe toujours par l’humain, ce qui est plutôt rassurant : parmi les sources les plus influentes, les recommandations des amis/proches arrivent en tête (25%), devant les sites des offices de tourisme (19%), les avis postés sur TripAdvisor.com (17%), les brochures des offices de tourisme (12%), les sites d'agences de voyages et de TO (11%). Ce n’est pas un hasard si nous observons un essor des services en ligne basés sur les recommandations de son entourage.

Le mobile a un formidable potentiel

"23% des possesseurs de smartphones ont déjà acheté des billets d’avion via leur mobile", explique Jérôme Morlon, associé au sein du cabinet d’études Next Content. Par ailleurs, 42% pensent le faire.

Depuis une tablette, les pourcentages atteignent 23% et 54% respectivement, comme le montrent les graphiques ci-après.

Reste que cet usage des terminaux mobiles pour acquérir des prestations touristiques reste aujourd'hui l’exception, et non la règle. Selon l’Observatoire réalisé par Next Content, l’ordinateur truste toujours 94% de l'ensemble des réservations en ligne, parmi les possesseurs de smartphones. Les tablettes se contentent de 5%, les smartphones de 2%.

Les écrans tactiles sont aussi massivement utilisés pour s’informer en amont comme à destination, à commencer par nos compagnons de poche.

Un problème de traçabilité

Leur rapide montée en puissance conduit à des investissements digitaux pour améliorer le taux de conversion et s’adapter aux différents systèmes d’exploitation (iOS, Android, Windows Phone). Et, dans le même temps, à une complexité de lecture du parcours d’achat : les acteurs du tourisme perdent le fil, quand l’internaute non logué change d’écran.

Nombre de marchands de prestations touristiques rêveraient d'ailleurs d’une puce électronique positionnée au bout des doigts du consommateur, afin de suivre pas à pas son zapping entre écrans. Plus simple encore : si les voyageurs acceptaient d'allumer leurs appareils électroniques avec leurs simples empreintes digitales, les pros du secteur feraient de nombreuses économies d'études, de migraines et de conjectures…

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique