Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Vietnam en jonque, sampan et pousse-pousse

Françoise Lajugie-Lagrave est conseillère voyages chez Rêve Voyages à Brive-la-Gaillarde (19). Elle a découvert le Vietnam lors d’un éductour organisé, en juin dernier, par Vacances Transat.

Le Vietnam, je le vendais sans y être jamais allée, et avec beaucoup de conviction, puisque j’ai remporté le challenge organisé par Vacances Transat sur la destination dans la région Sud-Ouest. Une performance qui m’a valu d’être invitée, avec d’autres gagnants, à un voyage de découverte au printemps dernier. Je n’ai pas été déçue. Le pays est comme je l’imaginais : intéressant et surtout très touchant, tellement marqué par son histoire, la colonisation et la guerre ! C’est incroyable de voir les Vietnamiens, tels des fourmis, s’activer en permanence, dans les villes, la campagne, les rizières. Nous avons commencé la découverte par Hanoi après un vol Cathay Pacific/Vietnam Airlines, via Hongkong, sans histoire.

Un accueil riche en sourires

Un tour en pousse-pousse nous a vite mis dans l’ambiance de cette ville qui a conservé son exotisme asiatique et de beaux restes de la colonisation française. Pas de gratte- ciel, ni d’architecture futuriste, mais encore beaucoup de belles demeures, de la verdure et des lacs qui font que l’on prend plaisir à flâner, même si plus d’un million de scooters pétaradent dans les rues déjà bien encombrées. Que d’émotions dans notre cyclo-pousse au milieu de cette frénésie motorisée ! Nous avons fait un tour des classiques :théâtre de marionnettes que je recommanderais, maison et mausolée d’Hô Chi Minh, pour mieux comprendre l’histoire du pays, et un excellent dîner traditionnel. La cuisine vietnamienne est un des plaisirs du voyage, copieuse et variée. Le lendemain, nous avons rallié en 3 heures et demie la baie d’Along et embarqué sur notre jonque pour une journée et une nuit de navigation. On a beau avoir vu et revu ce paysage de milliers de rochers aux formes étranges, la magie opère toujours. Et la détente est totale, car à bord le service était aux petits soins : massages, manucures… avec même, pour les plus motivés, un bain dans les eaux vertes de la baie après la visite d’une belle grotte (même si celle-ci ne vaut pas celles de notre Périgord) ! La découverte de la baie d’Along terrestre, si bucolique, nous a de même enchantés. Du coup, la route vers Vinh et ensuite Huê le lendemain, même avec des pauses et visites, nous a paru bien longue et assez monotone. L’ancienne capitale impériale justifie pourtant le voyage. J’ai aimé la promenade en sampan sur la rivière des parfums jusqu’à la pagode de la Dame céleste, la visite de la Cité impériale et du tombeau de Khai Dinh. L’endroit est très zen et comme le dernier empereur vietnamien s’est réfugié en 1945 à Chabrignac, un petit village près de Brives, j’ai de quoi raconter à mes clients ! Nous avons eu droit le soir à un dîner costumé très couleur locale et à une nouvelle séance de massage. Royal ! De Huê, nous avons rejoint Hoi An par le col des nuages, par chance dégagé. Quelle vue ! J’ai adoré cette ville qui me fait penser à Trinidad à Cuba avec ses façades pastel, la musique en moins. La plage n’est pas loin, on y a même pris un cours de tai-chi. De quoi être en forme pour la visite du delta du Mékong le lendemain. J’ai vraiment apprécié notre découverte en bateau à moteur au milieu des rizières et des milliers de feuilles de lotus, la visite des vergers, notre balade en calèche tirée par un petit âne et le marché flottant si loin de la civilisation moderne. Partout, ce ne sont que sourires et gentillesse, même si j’ai regretté des échanges un peu limités, car de moins en moins de Vietnamiens sont francophones !

Mon coup de coup de coeur va à Ha Long, la baie d’Along et Huê, les trois étapes fortes de ce circuit malgré tout fatigant à cause des longues distances en car

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique