Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le tourisme américain retrouve le « fighting spirit »

À Orlando, le Pow Wow qui vient de s’achever a permis de confirmer que le tourisme redémarre aux États-Unis. L’industrie attend désormais la mise en oeuvre du Travel Promotion Act. Et suit avec attention l’évolution du taux de change euro/dollar.

Le chiffre a été opportunément communiqué par le département du Commerce américain lundi, alors que s’ouvrait le Pow Wow à Orlando, en Floride. Le nombre de visiteurs étrangers reçus aux États-Unis a grimpé de 22 % en février par rapport au même mois l’an dernier. Un cinquième mois consécutif de hausse de la fréquentation, qui s’accompagne, pour la première fois depuis le début de la crise économique, d’une augmentation des dépenses, de 3 % par rapport à février 2009. Et la reprise devrait se confirmer tout au long de l’année 2010 : la U.S. Travel Association prévoit ainsi une progression de 3 % de la fréquentation étrangère. Les récents caprices de Mère Nature ont cependant ralenti la belle dynamique.

« LA SAISON EST DÉJÀ FAITE »

Après la paralysie aérienne de l’Europe due au volcan islandais, la marée noire dans le golfe du Mexique enraye elle aussi la mécanique. Si elle ne semble pas affecter la fréquentation internationale, elle touche en revanche plus sérieusement le tourisme intérieur, menaçant particulièrement l’économie touristique de la Floride, plus encore que celle de la Louisiane. Mais la catastrophe ne monopolise manifestement pas l’attention des participants du Pow Wow. Lundi, dans son discours aux participants du salon, Thomas Donohue, président de la Chambre de commerce américaine, a bien davantage parlé du Travel Promotion Act, la loi de promotion touristique promulguée par le président Obama début mars, dont il a réclamé la mise en oeuvre le plus vite possible. « Bien exécuté, ce programme devrait attirer 1,6 million de visiteurs internationaux supplémentaires chaque année », a-t-il rappelé. Mais accroître la fréquentation ne suffira pas. « Une fois que nous avons fait venir les gens, nous devons leur dérouler le tapis rouge », a-t-il poursuivi, estimant que, même si la sécurité doit rester la priorité, elle n’empêche pas une amélioration des procédures d’entrée dans le pays, première étape de l’accueil des étrangers. Côté français, après l’affaire des passeports biométriques, les tracas administratifs lors de l’arrivée sur le territoire américain semblent désormais intégrés par les voyageurs. Et l’été qui arrive s’annonce, comme le notent les tour-opérateurs depuis plusieurs semaines, comme un excellent cru. « Ça y est, c’est reparti, confirme Franck Bondrille, le PDG de Contact USA, réceptif installé en Floride. Nous sommes à + 20 % par rapport à l’an dernier, particulièrement aidés par le vol de Corsairfly sur Miami, qui booste cette destination. » Et la dévaluation de l’euro face au dollar (lire notre Événement) ? « La saison est déjà faite pour nous, et comme nos prix sont garantis, les gens ne vont pas annuler », répond Charles Julien, chef de produit Amérique du Nord chez Jetset. « Ce sera en revanche le point d’interrogation en 2011, reprend de son côté Franck Bondrille. En même temps, l’an 2000 fut l’une de nos meilleures années alors que l’euro valait à l’époque… 0,70 dollar. »

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire