Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Sinaï, une péninsule en mutation

Alternative à l’Égypte culturelle, le Sinaï est devenu l’un des hauts lieux du tourisme balnéaire moyen et haut de gamme sur les rives de la mer Rouge.

Restituée à l’Égypte dans les années 1980 par Israël, la péninsule du Sinaï fut, pendant des siècles, un vaste territoire de 60 000 km2, désertique et rocailleux, peuplé de quelques tribus de Bédouins. Bordée par la mer Rouge, la région jouit aujourd’hui d’une solide réputation de spot majeur pour la plongée sous-marine. Un engouement qui a incité les promoteurs à développer de nouveaux sites touristiques le long de la côte du golfe d’Aqaba. Bercée par un climat généreux et une mer magnifique – mais pas forcément très chaude en hiver – la région de Dahab, Nuweiba et, depuis plus récemment, Taba et Taba Heights, se positionne comme alternative ensoleillée sur le créneau des moyens courriers. Son accès est d’autant plus facile qu’un aéroport international a ouvert, à Taba, qui seconde celui de Sharm el-Sheikh et accueille des vols charters provenant de Paris et de province (Nantes, Lyon et Deauville notamment). Par ailleurs, la position stratégique de cette région du Moyen-Orient incite les tour-opérateurs français à proposer des excursions hors des frontières égyptiennes (une journée à la découverte de Pétra, toute proche de Taba, ou à Jérusalem). Des hôtels haut de gamme qui jalonnent désormais la côte, des golfs et des projets d’ouverture prochaine de greens supplémentaires, quelques Spas et instituts de thalasso en construction, et des dizaines de centres nautiques où pratiquer windsurf et kitesurf ont, en quelques années, projeté la péninsule du Sinaï au premier plan des destinations touristiques. Les Français, jusqu’alors peu présents, commencent à leur tour à succomber…

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique