Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Syrie, rendez-vous des civilisations

Il faut bien faire sa route de Damas pour se retrouver en Syrie. Se convertir à l’idée de visiter un pays accablé par une si mauvaise image exige de prendre du recul. Une idée qui, avec succès et raison, commence à faire son chemin.

Se défier des lieux communs permet d’accéder à d’autres, extraordinaires, comme la Syrie. Ce pays méconnu, et parfois mal considéré, a vu défiler les armées de la plupart des anciennes civilisations. Il en a gardé de remarquables et d’innombrables traces. Damas, bien sûr, mais aussi Alep, Palmyre, Ugarit, Mari, Bosra, Apamée, Ebla sont les premières empreintes de l’aventure humaine. Énoncer tous les peuples passés par ces lieux et ses environs relève de la gageure. La Syrie est une maison commune, dont 37 000 Français seulement ont poussé la porte au cours de l’année 2007. Mais, comme le pays, le marché change. Jusqu’à présent, seuls les TO spécialistes forçaient les verrous de cet État autoritaire et tentaient de convaincre des clients forcément désireux d’aller au-delà des modes. Or justement, celles-ci évoluent en faveur de la Syrie. Profitant de l’engouement retrouvé pour la Jordanie – pays pourtant pas plus démocratique que son voisin – les TO généralistes programment le pays en combiné, mais plus seulement. La Syrie est devenue une vraie alternative de développement dans un Moyen-Orient terriblement délicat à opérer, idéal pour des clientèles milieu et haut de gamme. De plus, les infrastructures touristiques, hébergements, réceptifs, voies de communications, moyens de transport, compétences des personnels sont au niveau international à des prix raisonnables. Pour la Syrie, qui tourne peu à peu le dos à l’économie planifiée et qui cherche une alternative à son économie pétrolière et gazière, faute de ressources, le tourisme devient une source de revenus stratégique. Indice de cette détente, le visa n’est plus nécessaire pour les groupes, y compris pour une seule personne, pour peu qu’elle passe par un TO. Une aubaine pour rendre la Syrie enfin populaire.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique