Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Nouvelle-Angleterre manque de promotion

Alors que les Etats-Unis retrouvent progressivement leurs touristes, la Nouvelle-Angleterre peine à attirer les Français. Les TO attendent plus de soutien des Etats du nord-est américain.

Les Français ont retrouvé en 2004 la route des Etats-Unis, avec une fréquentation en hausse de 13 % (775 274 visiteurs). On demeure toutefois encore loin du cap du million, franchi en 2000. Pour autant, la Nouvelle-Angleterre ne semble pas en avoir profité. Après plusieurs années de crise, les vacanciers hexagonaux ont pré-féré se recentrer sur les valeurs sûres (New York, Floride, Ouest américain). Les autres destinations, plutôt visitées lors d’un deuxième ou troisième voyage, ont plus de mal à redécoller.

Les professionnels locaux sont pourtant prêts à faire des efforts pour les séduire, comme en témoigne le chaleureux accueil de la délégation française, lors d’un workshop organisé par Discovery New England, début avril, dans le New Hampshire. 300 hôteliers et prestataires ont pu rencontrer, pendant trois jours, les TO français. Et de dresser le constat suivant : la France occupe une place encore trop faible parmi les pays émetteurs, loin derrière la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Aucune statistique n’est disponible pour évaluer la part de marché des Français. Seule indication : 45 000 coupons Paris-Boston, en classe économique, toutes compagnies confondues, ont été vendus entre avril 2004 et février 2005 (- 2 % par rapport à la même période de l’année précédente).

Qui est en charge de quoi ?

De l’avis de tous les observateurs, ce recul est dû en partie à une trop faible promotion sur le marché français. Car parallèlement, l’offre aérienne, avec Air France et American Airlines (qui reprend son vol direct le 2 mai), reste consé- quente. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Avant le 11 Septembre, cette promotion était organisée par la région. ça marchait très bien. Depuis, c’est la débâcle. Qui est en charge de quoi ? Mystère… Le budget existe, mais il est bloqué. Tout cela est très politique…, regrette Serge Denis, directeur du Langham Hotel de Boston (ex-Méridien).

Impatients de voir revenir les touristes, plusieurs Etats de la Nouvelle-Angleterre ont donc pris les devants. Ainsi, le Maine est représenté depuis trois ans en France par Nancy Massé. L’office du tourisme du Vermont réfléchit à une solution similaire et a déjà planifié, pour ce printemps, différents éductours et voyages de presse. De leur côté, les représentants du Massachusetts, le plus visité des Etats de la Nouvelle-Angleterre (grâce à Boston et Cap Cod), précisent avoir sollicité l’agence Express Conseil (qui fut jadis déjà en charge du budget) pour assurer à nouveau sa promotion à partir de juillet.

Les voyagistes voient d’un bon oeil ces initiatives. Impossible de consacrer des pages de brochures à la région si elle ne nous soutient pas avec des actions de promotion, assure l’un d’entre eux. En ce sens, l’exemple du Maine est assez parlant. Pour la deuxième saison, Kuoni propose un autotour exclusivement dans cet Etat. Avec succès : les réservations pour cet été ont déjà doublé par rapport à l’an dernier. Son autre autotour, Eastern Roads, pourtant moins cher et qui passe par New York, Boston et Québec, a enregistré deux fois moins d’inscriptions… Il faudra toutefois être patient. Il faut trois ans pour qu’une destination recueille les premiers bénéfices d’une promotion, a répété Nancy Massé aux professionnels américains. Il semble que le Maine en solo en apporte progressivement la preuve.