Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

France (Publié le 28 septembre 2007)

L'Hexagone s'affirme comme une valeur sûre. Forfaits dynamiques et séjours thalasso ont la cote, tout comme les hébergements locatifs.

Les tour-opérateurs français ont vendu l'an dernier 1 567 269 forfaits et vols secs en France, selon les chiffres de l'association de tour-opérateurs/Ceto. L'Hexagone représente donc 22,7 % du total de leurs ventes, soit un peu plus que le long-courrier. Mais ce chiffre est particulièrement gonflé par Euro Disney Vacances. Les forfaits constituent 85 % de ces ventes et progressent de 3,7 % (en nombre de clients). En chiffre d'affaires, ils ont généré 490 ME(+8,8 %). La progression est donc similaire à celle constatée l'année précédente.

L'hébergement en villages, résidences et locations constitue la majeure partie des ventes des TO. Lagrange est en forme. Pierre & Vacances ne figure pas dans notre tableau car l'hébergeur ne peut pas fournir de chiffres concernant uniquement sa clientèle française sur le marché hexagonal. Cependant, on sait qu'il a accueilli au total 3 214 000 clients en 2006 (dont 70 % sont Français), dans l'ensemble de ses sites (incluant les résidences à l'étranger).

VVF Vacances publie pour la première fois des chiffres sans la partie associative (qui est désormais indépendante, sous le nom de Val VVF). A périmètre constant, ses ventes ont progressé de 20 %. Pour sa part, Odalys a réalisé une bonne année 2006, en particulier sur la côte atlantique. L'hébergeur a enregistré 157 000 dossiers l'an dernier (+ 13 %) sans être capable de dire précisément combien cela représente de clients. "Nous poursuivons une politique tarifaire agressive, entraînant des taux d'occupation moyen. La réactivité par rapport aux prix est extrêmement forte. Pour 15 E de différence, les clients peuvent modifier leur date de départ", explique François Mariette, dg de l'hébergeur. Le Club Med, quant à lui, progresse de 3,6 %.

 

La concurrence d'Internet

 

De leur côté, les TO traditionnels affrontent toujours la même difficulté, c'est-à-dire la tendance des Français à réserver en direct, et de plus en plus via Internet. Cependant les agences et TO en ligne ont su profiter de cette tendance. Go Voyages a vendu 1 084 forfaits dynamiques en France en 2006, dont la moitié en province (Nice, Marseille, Ajaccio, Strasbourg et Biarritz…). 15 % ont été commercialisés via des agences de voyages et 50 % via les sites du groupe en marque blanche. L'autre succès pour les agences en ligne : les produits thalasso. Le groupe Travelhorizon gagne par exemple des parts de marché sur les voyagistes traditionnels avec son site www.spahorizon.com.

Néanmoins, Visit France, l'un des rares TO "traditionnels" à vendre encore des forfaits en France, se maintient bien. "L'année 2006 a bien fonctionné. Si nos chiffres progressent peu, c'est notamment parce que nous ne sommes pas parvenus à obtenir de stocks de lits supplémentaires dans les villages Vacanciel, que nous commercialisons en exclusivité", explique Christian Orofino, DG. Visit France a aussi sorti en 2007 une nouvelle production thématique, Escapades en France, afin de relancer les ventes de week-ends. Elle est en partie commercialisée en marque blanche par Carlson Voyages Travel et Havas Voyages. Mais il faudra attendre l'année prochaine pour en connaître les résultats.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique