Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

De l’hôtel familial aux réseaux mondialisés

En 1970, l’arrivée des grandes chaînes marque le début d’un mouvement de concentration des groupes puis des hôteliers indépendants.

Images d’Épinal, les grands hôtels de centre-ville ont laissé place à un monde de réseaux. À partir de 1970, alors que L’Écho touristique passe à la couleur, pensions de famille et auberges se marginalisent face à un nouveau modèle d’établissements standardisés, développés en réseaux. Misant sur l’automobile et l’autoroute, ils s’implantent hors des centres-villes, font évoluer leurs modèles. Dans les années 1980 certains, comme Accor avec sa marque Mercure, ouvrent des hôtels plus éclectiques et misent sur la standardisation des services, tandis que Formule 1, en 1985, parie sur des bâtiments préconstruits, plus rentables. Un coup dur pour les indépendants et les réseaux volontaires – dont les emblématiques Relais et Châteaux, Best Western ou Inter Hôtel- handicapés par la vétusté de leurs établissements et des modes de gestion traditionnels.

LA FRANCHISE SE GÉNÉRALISE

La période faste du développement hôtelier, avec plus de 100 ouvertures par an, touche pourtant à son terme, exception faite des résidences de vacances calqués sur les modèles Lagrange ou Pierre et Vacances, qui connaissent une véritable explosion à partir de 1995. Les grands groupes intensifient les opérations de concentration, ripostent à la mondialisation par des stratégies d’internationalisation, de différentiation ; les réseaux indépendants se professionnalisent et adoptent des stratégies marketing ; la franchise devient le mode de développement privilégié. Des transformations que L’Écho touristique suit, notamment en 1993 avec la commercialisation multimarque d’Accor. Au final, d’une centaine de groupes, dix principaux subsistent, qui contrôlent 92 % des chambres des chaînes intégrées. Le principe est simple : plus le parc est important, plus il attire de clients grâce à ses réseaux commerciaux et à son image de marque. Et la course n’est pas terminée. Depuis 2005 de nouveaux capitaux américains sont drainés vers le Vieux Continent, accentuant la concentration du secteur…

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique