Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

5 Tassilis du Hoggar

Châteaux de sable

En touareg, tassilis signifie plateaux rocheux. À écouter les connaisseurs, ceux du Hoggar regroupent les sites les plus spectaculaires du Sahara. On les croit les yeux fermés ou, plutôt, on les ouvre bien grands tant ces pitons de grès sculptés par le vent et émergeant d’une mer de sable sont saisissants de beauté. On pénètre en ces lieux comme dans une citadelle immense. Sur la ligne de crête des dunes blondes, tout y est : remparts avec meurtrières et tours de guet figurent de noires forteresses désertées. Dans ce décor fantasmagorique, on croise aussi, sur le site de Youf Ahaket, de drôles d’animaux. Avec leurs carapaces craquelées, les rochers géants composent un bestiaire extraordinaire : là un tatou, une tortue et un tricératops plus vrais que nature. Ici, un éléphant et un crocodile. Gravées dans la roche, des peintures rupestres rappellent qu’un jour, il y a longtemps, les lieux ont été habités. Au loin, les aiguilles de Tahaggart se dressent comme un mirage. On les approche à la nuit tombée en se demandant quel djinn facétieux a bien pu concevoir une telle chorégraphie minérale, digne d’un conte fantastique. On bivouaque au pied du château de la sorcière, défendu par une armée de soldats longilignes que Giacometti n’aurait pas reniés. Et quand le vent se lève, on regarde le ciel s’allumer de 1 000 étoiles en priant qu’elles tiennent à distance le dragon gardien de la dune.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique